L’enseignement de la lecture à l’ère numérique

Les technologies de l’information et de la communication font partie de la vie des élèves sur une base quotidienne. Or, l’école doit repenser son rôle et sa façon d’enseigner les différentes matières en cette ère numérique. Nathalie Lacelle, chercheuse à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), et ses collaborateurs se sont interrogés sur les stratégies de lecture les plus adaptées aux nouveaux supports et sur les nouvelles compétences lectorales, y compris les stratégies d’évaluation, que les élèves doivent commencer à acquérir dès la fin du primaire.

© Pixabay/coyot

La lecture numérique est à la base de l’utilisation des outils numériques. Comme le précisent Lacelle et ses collaborateurs, « la lecture numérique désigne un ensemble de pratiques dont les finalités et les modalités sont parfois très différentes, telles que la lecture d’un roman sur une liseuse et la recherche d’informations sur un blogue menée à partir d’un téléphone intelligent ». Les élèves doivent donc faire face à plusieurs sources, et même s’ils ont grandi et évolué dans l’ère technologique liée à ces outils, ils ne maîtrisent pas forcément les compétences numériques nécessaires à l’utilisation de ces derniers. La recherche menée par Lacelle et son équipe visait à documenter les compétences, processus et stratégies de lecture en fonction des genres textuels numériques et des supports numériques.

En comparant le Programme de formation de l’école québécoise (PFEQ) aux autres programmes francophones à l’étranger, les chercheurs ont remarqué que le PFEQ ne considère pas le numérique comme un médium qui se distingue des autres supports (livres et autres documents en format papier). Le PFEQ ne fait pas non plus mention de l’enseignement lié à l’utilisation et à la création de documents numériques. Que faudrait-il changer pour s’assurer que les élèves développent les compétences nécessaires pour utiliser des documents numériques tout au long de leur parcours scolaire?

 

Résultats de la recherche

L’intention de lecture s’avère importante lorsqu’il est question de naviguer sur Internet. Les différents types d’activités de recherche qui dépendent de cette intention sont les suivants :

  1. La « chasse ciblée » : question de recherche qui s’actualise ou se concrétise sur Internet;
  2. La « collecte de données » ou le « rassemblement des informations » : les informations provenant de bases de données sélectionnées sont envoyées à l’utilisateur selon un calendrier régulier et prédéterminé;
  3. La « navigation au hasard » : le lecteur n’a pas de sujet précis à l’esprit.

Lorsque les élèves font de la lecture numérique, ils doivent idéalement mobiliser des connaissances qui relèvent de l’évaluation de l’information, comme valider les sources, sélectionner les documents pertinents, juger de la qualité et de la pertinence des documents et des informations, etc. Il y a plusieurs processus métacognitifs à enseigner aux élèves pour qu’ils puissent bien utiliser ces stratégies de recherche et d’analyse des informations. Selon Bélisle (2011), il y a cinq composantes de la métacognition en lecture numérique :

  1. Se préparer ou planifier la lecture;
  2. Décider quand utiliser telle stratégie;
  3. Savoir comment piloter l’usage de la stratégie;
  4. Apprendre comment orchestrer les différentes stratégies;
  5. Évaluer son usage de la stratégie.

La lecture numérique offre d’ailleurs beaucoup d’avantages ludiques liés à l’apprentissage, si les stratégies en question sont utilisées avec pertinence.

 

Recommandations

Pour remédier au manque de précisions sur l’enseignement avec les outils numériques dans le PFEQ, les chercheurs ont formulé dix recommandations, qu’ils ont réparties en trois catégories de savoirs :

  1. Les savoirs sémiotiques (ex. : former les élèves aux caractéristiques spécifiques des genres numériques);
  2. Les savoirs didactiques (ex. : former les futurs enseignants et les enseignants sur les caractéristiques de la lecture numérique);
  3. Les savoirs cognitifs (ex. : former les élèves aux compétences technologiques et aux compétences spécifiques à la manipulation des supports).

En comparant le PFEQ avec les autres programmes de formation dans la francophonie, les chercheurs concluent qu’on gagnerait à actualiser le PFEQ pour « recenser les genres et les supports numériques, expliciter leurs caractéristiques et préciser les compétences et stratégies nécessaires pour former des lecteurs performants en contexte numérique ».

 

Références

Bélisle, C. (2011). Lire dans un monde numérique. Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB.

Lacelle, N., et al. (2017). Compétences, processus et stratégies de lecture en fonction des genres textuels numériques et des supports numériques (Rapport de recherche – Programme Actions concertées – Université du Québec à Montréal). Repéré à http://www.frqsc.gouv.qc.ca/documents/11326/3344858/PT_LacelleN_rapport_lecture-numerique.pdf/d427a873-1b70-457c-9ec2-323652d47945

Source de l’image : Pixabay/coyot

Dernière modification : 30 septembre 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)