La musique peut-elle influencer positivement le développement d’un prématuré ?

Chaque année, à travers le monde, 15 millions[1] de bébés prématurés[2] naissent. Plusieurs conséquences négatives, pour ces enfants, découlent du fait que leurs organes, dont le cerveau, sont immatures à leur naissance. En effet, ils grandissent et vieillissent avec plus de risques que les enfants nés à terme de développer des troubles d’apprentissage, de l’attention ou émotionnels (ex. : autisme ou trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité [TDAH]). Comment limiter les effets négatifs d’une naissance prématurée ? Est-ce possible ? Il semble que oui. C’est du moins ce que révèle une étude, publiée dans la revue PNAS, produite par des chercheurs suisses.

bébé incubateur

© Pixabay/Engin_Akyurt

Un environnement stressant dès les premiers instants de vie

L’hôpital, plus précisément, l’unité des soins intensifs néonatals offre un milieu qui n’est pas idéal pour le développement d’un bébé prématuré, notamment en raison du bruit des machines mécaniques qui l’entourent, pourtant essentielles à sa survie.  « L’immaturité du cerveau, combinée à un environnement sensoriel perturbant, explique en partie pourquoi les réseaux de neurones ne se développent pas normalement », souligne Petra Hüppi, cheffe du service de développement et croissance des hôpitaux universitaires de Genève (HUG), qui a mené cette étude auprès d’une soixantaine d’enfants répartis en trois groupes, soit un groupe expérimental et deux groupes contrôles :

  1. Un groupe test (groupe expérimental, traité) :
    • Enfants nés prématurément
  2. Deux groupes témoins (groupes contrôles) :
    • Enfants nés prématurément
    • Enfants nés à terme

La musique comme solution

Hüppi et son équipe de chercheurs ont étudié comment un certain type de musique, en tenant compte de son tempo et de sa fréquence d’écoute, permettait d’améliorer le circuit impliquant le réseau de saillance[3], une « structure cérébrale qui détermine, parmi la multitude de stimuli internes et externes, ceux qui sont signifiants et dignes d’attention[4] ».

Pour ce faire, il leur a fallu d’abord déterminer quels sons stimuleraient davantage le cerveau des nourrissons. Dans ce but, ils ont fait appel à un harpiste qui a joué une variété d’instruments aux bébés. Comme ces derniers ont réagi positivement aux sons de la flûte indienne, le harpiste a entre autres utilisé cet instrument pour composer trois morceaux de huit minutes[5] que les bébés du groupe test ont écoutés pendant six semaines en moyenne : un morceau pour les accompagner à l’étape de s’endormir (l’endormissement); un autre pour les accompagner dans leur réveil; et un dernier morceau pour les accompagner dans leurs interactions durant les phases d’éveil.

L’instrument qui a suscité le plus de réactions est la flûte des charmeurs de serpents indiens (le punji). Les enfants très agités se sont calmés presque instantanément – cette musique a attiré leur attention!

Lara Lordier, docteure en neurosciences aux HUG, professeure à l’Université de Genève et coauteure de l’étude

Fait intéressant à noter, il était impossible de dire quel nouveau-né recevait quel traitement puisque les bébés portaient tous de petites casquettes munies d’écouteurs sans fil durant toutes les phases de l’expérimentation. Cependant, les enfants prématurés du groupe contrôle entendaient les sons externes au lieu des morceaux de musique. Des examens d’imagerie par résonnance magnétique (IRM) ont ensuite permis aux chercheurs de visualiser l’activité cérébrale des bébés prématurés en la comparant à celle de bébés nés à terme.

Des résultats très prometteurs

Après comparaison des trois groupes (celui des prématurés exposés à la musique, celui des prématurés non exposés à la musique et celui des bébés nés à terme), les chercheurs ont pu conclure que l’écoute des séquences musicales a produit des effets positifs sur le développement du circuit impliquant le réseau de saillance. L’imagerie médicale a en effet révélé une ressemblance entre le cerveau d’un prématuré et le cerveau d’un bébé né à terme : les réseaux de neurones des prématurés ayant écouté la musique avaient une plus grande connectivité, notamment les zones impliquées dans les fonctions sensorielles et cognitives, ce qui indique que l’écoute de la musique pourrait avoir des effets sur le développement du cerveau. Ce résultat devra être confirmé par un examen clinique ultérieur des enfants qui ont participé à l’étude afin de mesurer si les effets positifs observés durant leurs premières semaines de vie se sont maintenus en grandissant.

Il est possible, grâce à la régulation exercée par la musique, de diminuer les effets délétères des facteurs environnementaux sur le développement fonctionnel du cerveau.

Petra Hüppi, Université de Genève

La musique, on le sait, crée toutes sortes d’émotions, et elle pourrait aussi, comme différentes études l’ont démontré, avoir d’autres effets bénéfiques sur le développement des prématurés (ex. : stabiliser le rythme cardiaque, améliorer la prise de poids, le cycle de sommeil et de l’énergie). Quoi qu’il en soit, les chercheurs recommandent aux parents de chanter des chansons, des airs, etc. à leurs enfants, prématurés ou non, car ces derniers en retirent indéniablement des bénéfices importants, très appréciables.

[Pour consulter l’article rédigé par les chercheurs sur cette étude : https://www.pnas.org/content/early/2019/05/21/1817536116]

 

Références

Lordier, L., Meskaldji, D.-E., Grouiller, F., Pittet, M. P., Vollenweider, A., Lana Vasung, … Hüppi, P. S. (2019). Music in premature infants enhances high-level cognitive brain networks (La musique chez les prématurés améliore les réseaux cérébraux cognitifs de haut niveau). Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS), (24), 12103-12103. DOI : 10.1073 / pnas.1817536116

Université de Genève (UNIGEG) et Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). (2019, 27 mai). Music helps to build the brains of very premature babies [Vidéo en ligne]. Repéré à www.youtube.com/watch?time_continue=22&v=RSUw_fezwGQ

Retrouvez sur cette page Web du site National Academy of Sciences les trois morceaux de musique écoutés par les bébés en format MP3 : www.pnas.org/content/suppl/2019/05/21/1817536116.DCSupplemental

Source de l’image : © Pixabay/Engin_Akyurt

 

[1] Organisation mondiale de la santé (OMS). (2018, 19 février). Naissances prématurées. Repéré dans le site Web de l’OMS à www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/preterm-birth

[2] Enfants nés vivants avant terme (entre 24 et 32 semaines de grossesse)

[3] Le réseau de saillance joue également un rôle très important dans l’exécution des tâches cognitives, les relations sociales et la gestion des émotions.

[4] Réseau de saillance. (s. d.). Dans Lexique Psychomedia en ligne. Repéré à www.psychomedia.qc.ca/lexique/definition/reseau-de-saillance

[5] Morceaux composés d’un fond de clochettes, de harpe et de punji (« flûte des charmeurs de serpents »)

Dernière modification : 17 juillet 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)