Les effets de la télévision sur les habitudes de sommeil des tout-petits

De nombreuses études ont démontré que le sommeil joue un rôle très important dans le bon fonctionnement et le développement cérébral des enfants et qu’il est par conséquent un des facteurs de réussite scolaire. Une nouvelle étude, publiée dans le journal de la National Sleep Foundation, Sleep Health, et dirigée par Rebecca Spencer, une neuroscientifique de l’Université du Massachusetts à Amherst, et Abigail Helm, une étudiante en sciences du développement, s’est intéressée aux effets de la télévision sur les habitudes de sommeil des enfants d’âge préscolaire.

enfants-tdah-sommeil

Shutterstock

Pendant 16 jours, Spencer et Helm ont examiné les habitudes de sommeil d’un groupe de 470 enfants âgés de 3 à 5 ans à l’aide d’un appareil (dispositif d’actigraphie) que ces derniers portaient à un poignet, comme une montre. Des questionnaires sur des points concrets (la santé et le comportement des enfants, ainsi que leur utilisation de la télévision) ont aussi été remis aux parents et aux personnes chargées de la garde de ces enfants.

Étant donné que nous disposons déjà de données sur l’importance du sommeil et de la sieste pour les jeunes enfants, nous avons décidé d’examiner les facteurs qui déterminent quand ils dorment, comment ils dorment et pourquoi ils dorment. 

Rebecca Spencer

[Traduction libre]

Les deux chercheuses ont été surprises de constater que 36 % des enfants avaient une télévision dans leur chambre et qu’un tiers d’entre eux s’endormaient avec la télévision allumée, regardant même souvent une programmation pour adultes stimulante ou violente.

En plus de dépendre d’un manque de données sur le visionnage et sur le sommeil des enfants de ce groupe d’âge (3 à 5 ans), le succès des recherches antérieures effectuées sur le sujet reposait sur des mesures du sommeil données par les parents. « Or, les parents ont tendance à surestimer la durée du sommeil [traduction libre] », précise Rebecca Spencer. Et elle ajoute ceci [traduction libre] : « L’un des plus grands avantages de notre recherche, ce que nous avons privilégié comme approche, est l’utilisation d’actigraphes[1], qui se sont avérés être des appareils fiables pour mesurer le sommeil. »

[Les enfants avec un TDAH dorment moins bien que les autres enfants]

Les résultats

Voici en trois points les principaux résultats de l’étude réalisée par Spencer et Helm :

  1. Les enfants d’âge préscolaire qui regardent moins d’une heure de télévision par jour dorment 22 minutes de plus la nuit, soit près de 2,5 heures de plus par semaine, par rapport à ceux qui regardent plus d’une heure de télévision par jour.
  2. En moyenne, les jeunes enfants sans télévision dans leur chambre dorment 30 minutes de plus la nuit que ceux ayant une télévision dans leur chambre.
  3. Même si les enfants avec une télévision dans leur chambre dorment en moyenne 12 minutes de plus pendant la sieste, ils dorment quand même 17 minutes de moins en 24 heures que les enfants sans télévision dans leur chambre. L’augmentation du nombre de siestes diurnes chez les enfants qui regardent le plus souvent la télévision ne compense donc pas totalement le sommeil perdu la nuit.

[Des problèmes de sommeil résolus grâces à de bonnes habitudes]

Les recommandations

Selon Spencer, ces résultats démontrent que regarder la télévision n’aide pas les enfants à dormir plus vite ou mieux, ou à se détendre, contrairement à ce que certains parents pourraient croire. L’étude fournit donc l’occasion d’éduquer les parents sur ce plan.

De plus, cette étude vient valider les recommandations formulées en avril 2019 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)[2], selon lesquelles les enfants âgés de 2 à 4 ans ne devraient pas rester sédentaires plus d’une heure devant un écran, et qu’il serait même préférable que ce temps de visionnement se réduise à zéro heure pour les enfants d’un an et moins. L’OMS insiste sur l’importance, pour la santé à long terme des jeunes enfants, d’avoir un sommeil de meilleure qualité.

En matière de sommeil de bonne qualité, l’OMS indique que les enfants âgés de 3 à 4 ans ont besoin de 10 à 13 heures, pouvant inclure des siestes. Les enfants âgés de 1 à 2 ans ont besoin de 11 à 14 heures; les bébés de 0 à 3 mois, de 14 à 17 heures; et les bébés de 4 à 11 mois, de 12 à 16 heures.

De son côté, l’American Academy of Pediatrics (AAP), qui souscrit à des recommandations similaires, souligne que les parents devraient non seulement choisir des programmes télévisés de haute qualité, mais aussi les regarder avec leurs enfants[3]. Or, comme l’indique Spencer [traduction libre] : « Malgré les recommandations de ces organisations, 54 % des enfants ne respectent pas les directives de l’OMS les jours de semaine, et ce pourcentage passe à 87 % les fins de semaine. »

Comme l’OMS et l’AAP, l’étude de Spencer et Helm révèle donc quelques-uns des effets négatifs sur la santé des tout-petits qu’entraîne une certaine utilisation de la télévision, et trop de temps passé par ces très jeunes enfants devant un écran télé. Spencer envisage d’ailleurs d’examiner aussi, maintenant, l’impact des appareils numériques portables, tels que les tablettes électroniques et les téléphones intelligents, sur le sommeil des enfants.

 

Références

Helm, A. F. et Spencer, R. M.C. (2019, 13 avril). Television use and its effects on sleep in early childhood. Sleep Health. DOI: 10.1016/j.sleh.2019.02.009

Pagani, L. S., Harbec, M.-J. et Barnett, T. A. (2019). Prospective associations between television in the preschool bedroom and later bio-psycho-social risks. Pediatric Research, 85, 967-973. Repéré à www.nature.com/articles/s41390-018-0265-8

Source de l’image : Shutterstock

 

[1] American Academy of Pediatrics. (2016, 13 juin). Supports Childhood Sleep Guidelines. Repéré à www.aap.org/en-us/about-the-aap/aap-press-room/Pages/American-Academy-of-Pediatrics-Supports-Childhood-Sleep-Guidelines.aspx

[2] Nouvelles directives de l’OMS sur l’activité physique, la sédentarité et le sommeil chez les enfants de moins de 5 ans (24 avril 2019). Repéré à www.who.int/news-room/detail/24-04-2019-to-grow-up-healthy-children-need-to-sit-less-and-play-more

[3] Rappelons que les actigraphes sont des appareils de mesure qui permettent d’enregistrer l’activité durant le sommeil de façon fiable pendant une période prolongée.

 

Dernière modification : 18 juin 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)