Le temps chez les Premières Nations

La conférence d’ouverture Le temps chez les Premières Nations a été présentée dans le cadre de l’ouverture officielle du 4e Symposium – Le temps, parlons-en! Cette amorce à la journée sous le thème du temps offre un coup d’œil sur le rapport au temps chez les Premières Nations. Voici un résumé des contenus présentés par Alexandre Bacon lors de sa conférence.

Le temps est une notion qui rend compte du changement dans le monde, et il n’existe pas une mesure du temps représentative de sa manière d’exister. Le temps ne s’écoule pas de la même façon pour tout le monde. Il s’agit d’un concept qui subit des variations culturelles. Voilà pourquoi il est important de comprendre l’idée que le temps subjectif s’avère crucial dans les relations interculturelles.

Rapport au temps des Premières Nations

Le temps chez les Premières Nations se construit différemment des conventions temporelles de la société occidentale. Les réalités autochtones sont plurielles et diversifiées. Puisque les communautés des Premières Nations continuent d’être proches de leur mode de vie traditionnel, cela leur permet de construire une vision du temps beaucoup plus vaste que les minutes et les heures qui s’écoulent. La notion de temps est ancrée dans la nature, ce qui fait en sorte que le rythme de vie se trouve modulé par le territoire (par exemple, le temps de la chasse). Le réel autochtones est conforme à l’angle avec lequel il est regardé.

Ce n’est pas en tirant sur la fleur qu’elle peut pousser plus vite.

Si vous désirez vous laisser inspirer plus longuement par les propos d’Alexandre Bacon, vous pouvez visionner dès maintenant l’ensemble de sa conférence.

 

 

Le portrait du conférencier

Alexandre Bacon est un formateur et facilitateur auprès des Premières Nations. Spécialiste des enjeux autochtones, il s’intéresse davantage à ce qui touche la gouvernance et l’autonomie gouvernementale de ces communautés. Alexandre Bacon possède une excellente connaissance des contextes historiques, politiques et socioéconomiques des Premières Nations du Québec et du Canada, ce qui lui a permis de développer une approche de travail adaptée aux spécialités des organisations et des communautés autochtones.

Dernière modification : 28 août 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)