L’effet d’une communauté d’apprentissage sur la motivation

Le but de la recherche qui fait l’objet de cet article vise à décrire et à expliquer en quoi la mise en œuvre d’une communauté d’apprentissage (CA) favorise la motivation des enseignants dans leur développement professionnel. La démarche, menée par Aziz Rasmy, de l’Université Mohammed V du Maroc et Thierry Karsenti, de l’Université de Montréal, a pour but d’explorer la dynamique motivationnelle que peut susciter une CA au sein du corps enseignant.

Unsplash/Dylan Gillis

par Lise Santerre


Une démarche de formation à la fois individuelle et collective

Dans une perspective d’éducation tout au long de la vie, les enseignants sont appelés à développer leurs compétences professionnelles en continu pour favoriser la réussite scolaire des élèves. Cette formation prend de plus en plus la forme d’une démarche collective qui permet aux enseignants d’intégrer différents savoirs théoriques et pratiques, comme dans le cas d’une communauté d’apprentissage.

Puisque le phénomène des CA est encore assez peu documenté, la collecte de données, dans le cadre de la recherche menée par Ramsky et Karsenti, a été effectuée par les chercheurs eux-mêmes à l’aide d’entrevues individuelles auprès de cinq enseignantes d’un centre de formation des adultes. Ces enseignantes participaient depuis l’année scolaire 2011-2012 à une CA dont l’objectif était de mieux soutenir les élèves à risque d’éprouver des difficultés scolaires. Les résultats de cette CA se sont révélés très positifs, rapportent les chercheurs. Ils montrent en effet « une nette amélioration du rendement scolaire et une diminution du décrochage scolaire des apprenants ».

Rasmy et Karsenti définissent une CA comme un outil d’accompagnement du personnel enseignant qui permet non seulement un engagement à la fois individuel et collectif en matière de formation, mais aussi des échanges d’idées entre collègues et une analyse réflexive de chacun sur sa propre pratique.

Le fonctionnement d’une CA repose sur la collaboration, le partage d’expériences et la responsabilisation des participants dans leur apprentissage professionnel.

L’autonomie, le besoin de compétence et le sentiment d’appartenance

L’analyse du discours des cinq participantes a fait ressortir les trois aspects suivants relatifs au sentiment d’autonomie :

  • la possibilité de choisir les thématiques;
  • le sentiment d’être responsable de sa démarche de développement professionnel;
  • l’autoformation.

Les enseignantes disent en effet  apprécier la possibilité de choisir les thèmes de formation, les contenus, les intervenants, les horaires, etc. Ce faisant, elles ont le sentiment d’être responsables de la gestion de leur démarche de développement professionnel. Elles disent également accorder de l’importance à l’autoformation que la communauté d’apprentissage professionnelle (CAP) rend possible.

En ce qui a trait à d’autres aspects liés au besoin de compétence, il ressort des entrevues réalisées avec les participantes un sentiment de confiance, d’accomplissement et de reconnaissance de leurs efforts grâce aux rétroactions et à l’appui qu’elles reçoivent de l’équipe de soutien.

Finalement, les commentaires des participantes font état d’un climat propice à la collaboration et à la formation de même que d’un sentiment de solidarité et d’appartenance au groupe. Elles mentionnent aussi l’intérêt que présente la formation en ce que celle-ci brise l’isolement et offre la possibilité de développer des affinités avec les autres participantes.

La pertinence de ce dispositif pédagogique

Selon la théorie de l’autodétermination, la satisfaction des besoins psychologiques fondamentaux que sont l’autonomie, la compétence et l’appartenance au groupe constitue une source de motivation dans la formation et dans l’apprentissage. Comme elle répond à ces besoins, la CA offre un contexte pédagogique prometteur, affirment Rasmy et  Karsenti.

Les résultats de leur étude « mettent en évidence toute la pertinence d’une communauté d’apprentissage par l’autonomie rendue aux enseignants, la valorisation qu’on accorde à leurs pratiques et les possibilités de prendre en compte le profil particulier de même que les besoins individuels de ses membres ». Ces résultats tendent à appuyer les conclusions d’autres études qui mentionnent elles aussi l’impact positif des activités de la CA sur l’engagement professionnel des enseignants (Cave et Mulloy, 2010; Leclerc et Labelle, 2013; Peters et Savoie-Zajc, 2013).

 

[Les différents types de motivation selon la théorie de l’autodétermination]

Les questions qui restent à examiner

Dans le but d’approfondir la connaissance qu’on a des effets positifs d’une CA sur la motivation des participants, ajoutent les chercheurs, il serait pertinent, entre autres choses, de mieux comprendre le rôle des administrateurs par rapport à la dynamique motivationnelle qui caractérise ce dispositif de formation. Il serait aussi intéressant de mener une recherche dans un intervalle de temps plus large et de documenter les effets d’un tel dispositif de formation sur la réussite scolaire des élèves.

[Comment mettre sur pied une communauté d’apprentissage professionnelle]

 

[Pour consulter l’article : http://formation-profession.org/files/numeros/18/v25_n03_352.pdf]

 

Référence

Rasmy, A. et Karsenti, T. (2017). Effet perçu d’une communauté d’apprentissage sur la motivation des enseignants du secondaire dans leur développement professionnel. Formation et profession, 25(3), 36-53. Repéré à http://formation-profession.org/files/numeros/18/v25_n03_352.pdf

Source de l’image :  Unsplash/Dylan Gillis

Dernière modification : 22 avril 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 3,33 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)