Quatre principes fondamentaux de l’apprentissage par l’enquête

L’« apprentissage par projet », la « pensée design », l’« heure des génies » sont des approches pédagogiques dont on entend beaucoup parler dans le monde de l’éducation. Elles ont en commun d’être centrées sur l’élève et s’appuient sur une démarche d’apprentissage par l’enquête.

Shutterstock / De Rawpixel.com

Quatre caractéristiques précises ressortent dans toutes les classes où l’on a utilisé une telle approche, et ce, qu’importe le type d’enquête choisi. Les paragraphes suivants résument chacune de ces caractéristiques.

  1. Des élèves, acteurs de leurs apprentissages

De consommateurs passifs de faits et de contenus, les élèves deviennent contributeurs actifs à l’expérience d’apprentissage et à l’exploration de problèmes, d’idées et de solutions. C’est dans cette perspective que la compréhension progresse et que l’apprentissage s’effectue. Par exemple, on remarque un engagement important des élèves dans leurs apprentissages quand l’enseignant utilise comme cadre d’enquête les objectifs mondiaux de développement durable des Nations unies. Les élèves sont libres d’explorer leurs passions, leurs champs d’intérêt ou ce qui suscite leur curiosité parmi tous ces objectifs. Puis, ils sont invités à coconstruire avec l’enseignant les objectifs d’apprentissage liés à l’objectif qui les intéresse. On constate que, confrontés à des problèmes authentiques, les élèves font des apprentissages plus durables, car ils participent activement à leur apporter des solutions.

[L’apprentissage actif]

  1. Des enseignants comme guides et mentors

Si le rôle des élèves change avec ce type d’approche pédagogique, il va sans dire que celui des enseignants également. Tournés vers la pratique réflexive, favorisant la flexibilité pédagogique et une culture de l’apprentissage, ces derniers prennent le temps de s’arrêter et d’écouter pour réviser et améliorer leurs interventions afin de mieux répondre aux besoins de leurs élèves.

Dans une démarche d’apprentissage par l’enquête, les enseignants utilisent diverses stratégies pour soutenir leurs élèves, ce qui n’exclut pas non plus les cours magistraux. Ainsi, les élèves peuvent prendre part à des séminaires socratiques, dans lesquels ils dirigent la discussion, et où les enseignants les guide et facilite les interactions. Les élèves peuvent, par exemple, réaliser des entrevues d’experts afin d’acquérir une meilleure compréhension de leur sujet d’enquête. Le rôle des enseignants est alors de les soutenir dans l’acquisition de processus et de stratégies (ex. : établir avec eux les critères d’une entrevue approfondie) pour s’assurer que tous les élèves réussiront à mener à bien leurs tâches. Entre-temps, ces derniers discutent ensemble d’exemples de projets et les présentent, ils rédigent des questions pour les entrevues en collaborant, et ils planifient les différentes étapes de réalisation de leur projet.

[Dossier thématique : La rétroaction]

  1. Une éducation globale de l’élève

Qu’il s’agisse d’apprentissage socioémotionnel, de conscience personnelle ou de responsabilité sociale, de mentalité de croissance ou d’empathie, l’enseignement se concentre sur l’éducation des élèves dans son ensemble. On met l’accent sur le développement de compétences, telles que la créativité, la collaboration et la communication, qui sont explicitement discutées, réfléchies et soutenues.

Ce ne sont pas tant les résultats ou la somme des connaissances à acquérir qui importent, mais bien davantage ce qui se passe sur le plan du processus d’apprentissage. Ainsi, on invite les élèves à identifier un défi, à recueillir des informations, à générer des solutions potentielles, à affiner leurs idées et à tester des solutions. Ce n’est pas un drame si les élèves ne parviennent pas à trouver de solutions concrètes ou fonctionnelles, car ce n’est pas le but. Ce qui importe, c’est que le processus d’apprentissage fournit de riches occasions de réflexion aux élèves et permet à l’enseignant de voir des compétences sociales et émotionnelles se développer (ex. : l’empathie, la collaboration, la résolution de problèmes).

[Les compétences du 21e siècle]

  1. Des structures et des cadres, mais aussi une variété d’apprentissages et de contenus

Dans les salles de classe où l’on applique une démarche d’apprentissage par l’enquête, les normes ne sont pas le seul moteur de l’apprentissage, et le contenu n’est pas trop standardisé. Les élèves apprennent souvent des choses différentes, que chacun d’entre eux choisit individuellement, mais tous opèrent au sein d’une structure commune, stable et unifiée. Pour ce faire, par exemple, les enseignants peuvent modéliser des stratégies et des « routines » pour aider les élèves à s’organiser, à réfléchir et à réviser au fur et à mesure.

La démarche d’apprentissage par l’enquête est au cœur de nombreuses approches, qui font écho au courant du socioconstructivisme. Chaque enseignant peut s’en inspirer pour trouver la pédagogie qui correspond le mieux à son style d’enseignement. En fin de compte, il s’agit de permettre aux élèves de continuer de se poser des questions et de trouver leurs propres réponses.

[Pour consulter l’article, https://www.kqed.org/mindshift/51580/four-inquiry-qualities-at-the-heart-of-student-centered-teaching]

 

Références

Pour en savoir davantage sur l’apprentissage par l’enquête, consultez ces deux ressources :

  1. Lockhart, K. (2016). L’apprentissage fondé sur l’enquête [Présentation PowerPoint]. Repéré dans le site Web de l’Association canadienne des professionnels de l’immersion (ACPI) à acpi.ca/documents/presentation2016/apprentissage-fonde-sur-enquete-ACPI.pdf
  2. Série d’apprentissage professionnel. L’apprentissage par l’enquête. (2013, septembre). Édition spéciale du Secrétariat n° 32. Repérée dans le site Web du ministère de l’Éducation de l’Ontario à edu.gov.on.ca/fre/literacynumeracy/inspire/research/CBS_InquiryBasedFr.pdf

Pour en savoir plus sur l’heure des génies, consultez la page Web et la capsule vidéo suivantes :

  1. Léonard, B. (2016, septembre). Libérer les esprits avec L’heure des Génies. Repéré dans le site Web Brigitte Prof à http://brigitteprof.brigitteleonard.com/2016/09/05/liberer-esprits-lheure-genies/
  2. Lénoard, B. (2016, septembre). L’heure des Génies [Capsule vidéo]. Repéré à youtube.com/watch?v=evdmOr5Ojmo

Pour quelques ressources supplémentaires, consultez la présentation de Nya Njeuga (Conseil scolaire ViaMonde). Repérée à http://bit.ly/afemoAPE

Source de l’image : ShuterstockRawpixel.com

Dernière modification : 15 janvier 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)