Conditions de réussite de l’inclusion scolaire pour les élèves présentant des difficultés de comportement au secondaire

Voici le premier article en lien avec le projet de publication d’une série d’articles sur les résultats de la recherche « Portrait des pratiques enseignantes envers les élèves présentant des difficultés de comportement » financé par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC).

par Nancy Gaudreau, Université Laval;

Claudia Verret, UQAM;

Line Massé, UQTR

et Marie-France-Nadeau, Université de Sherbrooke

Les élèves qui présentent des difficultés comportementales (PDC) demeurent ceux pour qui l’école inclusive comporte le plus d’obstacles. Afin de connaître les conditions favorables et défavorables à la mise en œuvre de cette école, nous avons appuyé notre recherche sur le modèle écologique de Bronfenbrenner (1979). Nous avons notamment étudié les témoignages de 67 membres du personnel scolaire de cinq écoles secondaires québécoises. Le présent résumé présente les principaux facteurs, relevés par les participants de cette étude, comme exerçant une influence sur la réussite des élèves PDC en classe ordinaire.

Liste des facteurs exerçant une influence sur la mise en oeuvre de l’école inclusive pour les élèves PDC

  1. Ontosystème (caractéristiques de l’élève).

Les facteurs liés aux élèves PDC réfèrent surtout à la nature et à l’intensité de leurs manifestations comportementales, à leur motivation scolaire et à leur attitude envers leurs difficultés. Selon les participants de l’étude, les problèmes de comportement extériorisés (conduite agressive,opposition, provocation, impulsivité et hyperactivité) sont considérés comme les plus difficiles à gérer en classe et nuisent de manière importante au climat d’apprentissage. Toutefois, le fait que les élèves PDC trouvent une motivation à l’école et qu’ils adoptent une attitude d’ouverture envers leurs difficultés (reconnaissance de celles-ci) constitue un levier pour les accompagner dans leurs apprentissages et favoriser leur inclusion scolaire.

  • Microsystème (la classe)

Pour les participants de l’étude, les pratiques enseignantes jouent un rôle central sur les relations entre les élèves PDC et les acteurs scolaires. Une attitude bienveillante, un intérêt réel pour ces élèves, l’établissement d’attentes claires, ainsi que le recours à des pratiques éducatives différenciées, qui tiennent compte du développement, des champs d’intérêt et des aptitudes des élèves, représentent des facteurs favorables. À l’inverse, l’utilisation de pratiques d’interventions punitives, caractérisées par la colère et la frustration, est considérée comme inefficace et contre-productive.

  • Mésosystème (famille-école)

Quelques témoignages des participants de l’étude font état de l’influence qu’exercent les familles en valorisant l’école, ce qui se traduit, de la part des parents, par la supervision des études et la participation à la vie de l’école. À l’inverse, les discours négatifs, l’indisponibilité ou l’absence de collaboration des parents sont reconnus comme des facteurs qui entravent l’inclusion scolaire des élèves PDC.

  • Exosystème (école)

Les facteurs identifiés par les participants de l’étude sont principalement liés aux pratiques collaboratives au sein de l’école. Selon eux, la présence d’un soutien professionnel pour accompagner le personnel enseignant, le travail de concertation avec la direction de l’école, la qualité des communications entre les enseignants et le suivi des interventions entre les membres de l’équipe éducative exerceraient une influence positive. Sans surprise, le manque de soutien professionnel, de formation continue et de collaboration entre la direction de l’école et le personnel enseignant constituerait un facteur défavorable à l’inclusion scolaire.

  • Macrosystème (société)

Étant donné que les facteurs liés à ce point sont quasi absents du discours des répondants de l’étude, ils ne font pas l’objet de ce résumé.

Les résultats de cette recherche s’inscrivent en cohérence avec les pratiques reconnues par les recherches empiriques dans le domaine : pour réussir à enseigner aux élèves PDC, il faut d’abord adopter une attitude bienveillante et préconiser des pratiques proactives d’intervention qui soutiennent leurs apprentissages et leur intégration sociale. Pour ce faire, il importe que les enseignants se sentent appuyés par les autres membres de l’équipe éducative et qu’ils puissent bénéficier de la formation et du soutien nécessaire.

Pour consulter la recherche, 
http://journals.sfu.ca/cje/index.php/cje-rce/article/view/3236/2506

Référence :
Gaudreau, N., Verret, C., Massé, L., Nadeau, M.-F. et Picher, M.-J. (2018). La scolarisation des élèves présentant des difficultés comportementales : analyse écologique des conditions relatives à leur intégration au secondaire. Canadian Journal of Education / Revue canadienne de l’éducation, 41 (2), 554‑583. Repéré à http://journals.sfu.ca/cje/index.php/cje-rce/article/view/3236/2506

 

Liens vers les autres articles de la recherche

Article 2 : Conditions de réussite et obstacles à l’inclusion scolaire des élèves présentant des difficultés comportementales au primaire

Article 3 : Quelles sont les pratiques spécifiques de gestion des comportements difficiles au primaire et par quoi sont-elles influencées?

Article 4 : Quelles sont les pratiques enseignantes pour gérer les comportements difficiles au secondaire?

Article 5 : Quelles pratiques de gestion des comportements les futurs enseignants utilisent‑ils pendant leur formation?

Article 6 : Quelles sont les attitudes des futurs enseignants du Québec concernant la scolarisation des élèves qui présentent des difficultés comportementales?

Article 7 : Quelles sont les attitudes des enseignants québécois à l’égard de l’intégration scolaire des élèves présentant des difficultés comportementales?

Article 8 : Quelles sont les perceptions et les pratiques des enseignants en éducation physique et à la santé en ce qui concerne l’intégration scolaire des élèves présentant des difficultés comportementales?

Article 9 : Le sentiment d’efficacité personnelle concernant la gestion des comportements difficiles en classe : portrait des enseignants québécois

Dernière modification : 21 mai 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)