Repenser la pédagogie pour le XXIe siècle

Pour mieux soutenir l’acquisition des aptitudes et des compétences qui sont requises au XXIe siècle, il devient essentiel de repenser et de transformer les méthodes pédagogiques. L’étude de Cynthia Luna Scott offre des réponses variées à la question : comment enseigner au mieux ces aptitudes et ces compétences dans le monde d’aujourd’hui?

Shutterstock/Gladskikh Tatiana

par France Dumais

 

Dans la série intitulée Les Apprentissages de demain, Cynthia Luna Scott présente sa troisième et dernière étude sur le thème de la pédagogie. En fondant sa réflexion sur la littérature scientifique, elle traite de l’importance de préparer les apprenants aux compétences et aux aptitudes requises au XXIe siècle, examine les différents types de pédagogie et de perspectives susceptibles de contribuer au développement et à la maîtrise des compétences et des capacités ainsi qu’à la qualité des apprentissages, et elle anticipe les étapes et les enjeux futurs de la pédagogie.

 

Préparer les apprenants aux compétences et aux aptitudes requises au XXIe siècle

Repenser la pédagogie pour le XXIe siècle est aussi fondamental que de caractériser les nouvelles aptitudes que les apprenants d’aujourd’hui doivent acquérir.

Pour relever le défi d’aider les apprenants à développer des compétences essentielles pour le XXIe siècle, les enseignants et les éducateurs devraient délaisser les approches pédagogiques traditionnelles (par exemple, le cours magistral, la mémorisation) au profit d’approches qui tiennent compte des besoins particuliers et des points forts des apprenants tout en leur offrant des opportunités d’apprendre au moyen de la créativité, de l’autonomie et de la collaboration (par exemple, l’apprentissage individualisé, l’apprentissage coopératif). La conception de l’établissement scolaire comme source unique d’apprentissage devrait également être revue au profit de celle d’une collaboration avec les différents partenaires de la communauté (par exemple, les liens avec les autres établissements scolaires, les bibliothèques, les musées).

Vision d’ensemble de la pédagogie du XXIe siècle

Comment enseigner au XXIe siècle pour mieux préparer les apprenants à un avenir incertain, complexe et en constante évolution? Après une recension des recherches, Scott met en lumière 19 méthodes pédagogiques favorables à des apprentissages de qualité et à une maîtrise des compétences et aptitudes requises pour le XXIe siècle, à savoir :

  • remettre l’accent sur la qualité de l’enseignement et sur les résultats des apprentissages (par exemple, offrir du perfectionnement professionnel aux enseignants);
  • encourager la participation des apprenants (par exemple, offrir des occasions d’échanger des idées sur les réseaux sociaux, avec les pairs et l’enseignant, en vue de cocréer dans l’apprentissage);
  • personnaliser et individualiser l’apprentissage (par exemple, permettre aux apprenants de se fixer des objectifs personnels, d’apprendre à leur rythme);
  • mettre l’accent sur les apprentissages fondés sur la réalisation de projets et sur la résolution de problèmes (par exemple, accompagner la réalisation de projets en groupe basés sur des problèmes de vie réelle des apprenants, et où chacun est responsable d’une partie du projet de façon soutenue);
  • encourager la collaboration et la communication (par exemple, regrouper des apprenants par deux ou plus pour trouver ensemble la solution à un problème en mathématique);
  • mobiliser et motiver les apprenants (par exemple, fractionner les apprentissages en différentes étapes essentielles pour conserver l’intérêt des apprenants);
  • stimuler la créativité et l’innovation (par exemple, encourager les apprenants à générer de nouvelles connaissances à partir d’expériences d’apprentissage pertinentes);

[La créativité au service de l’éducation]

  • utiliser les outils d’apprentissage appropriés (par exemple, recourir à la technique du questionnement afin de susciter l’intérêt des apprenants et leur apprendre à poser des questions pour explorer et pour comprendre des notions précises, mettre à profit l’intérêt et l’habitude des apprenants pour les technologies mobiles en leur offrant un accès Internet pendant une activité d’apprentissage en classe, tirer le meilleur parti des réseaux sociaux en envoyant aux apprenants des rétroactions électroniques sur leurs travaux scolaires);
  • concevoir des activités d’apprentissage pertinentes et axées sur le monde réel (par exemple, offrir des activités centrées sur des contextes où évolueront les apprenants dans leur vie d’adulte);
  • enseigner les compétences métacognitives (par exemple, poser aux apprenants les questions « qu’apprenez-vous? » et « comment apprenez-vous? » pour qu’ils prennent conscience de la façon dont ils apprennent);
  • établir des relations favorables à l’apprentissage (par exemple, récompenser les efforts des apprenants, leur témoigner du respect);
  • inclure chaque apprenant par l’intermédiaire de la technologie (par exemple, donner accès à une activité de lecture à des élèves handicapés au moyen de livres audio);

[Futurs enseignants : formés pour utiliser et enseigner les TIC]

  • mettre l’accent sur les modèles axés sur les apprenants (par exemple, superviser des groupes d’élèves travaillant chacun de leur côté, offrir un enseignement où chaque élève autorégule ses apprentissages);
  • promouvoir l’apprentissage sans frontières (n’importe quand et n’importe où) (par exemple, donner des opportunités d’acquérir les connaissances à l’extérieur de la classe et de l’établissement scolaire);

[L’apprentissage connecté]

  • encourager l’apprentissage tout au long de la vie (par exemple, offrir des cours de recyclage aux apprenants qui veulent mettre à jour leurs compétences désuètes);

[Vers une société apprenante]

  • reconnaître l’apprentissage grâce à l’éducation ouverte (par exemple, donner un accès gratuit à des cours en ligne);
  • accréditer et reconnaître les acquis de l’apprentissage non traditionnel (par exemple, un prestataire de cours en ligne fournit une attestation de formation aux apprenants);
  • évaluer des connaissances plus approfondies et de meilleures compétences (par exemple, procéder à une évaluation formative des apprenants pendant le déroulement de leurs apprentissages, sous la forme de rétroactions continues, de réactions par rapport à leurs progrès et d’encouragements à l’égard de leurs améliorations);
  • redéfinir le rôle et la fonction de l’enseignant (par exemple, endosser un nouveau rôle de mentor et de concepteur de projets, s’inscrire à une formation sur les technologies de l’information et de la communication [TIC]).

Prochaines étapes et enjeux futurs

Les méthodes pédagogiques traditionnelles ne réussissent pas à préparer les jeunes aux défis de demain. Elles devraient se transformer et innover en mettant l’accent sur les apprenants (par exemple, passer de l’apprentissage dirigé par l’enseignant à un apprentissage autodirigé) tout en leur faisant prendre conscience de l’importance d’apprendre tout au long de la vie. Elles devraient transmettre aux apprenants les capacités et les compétences qui leur permettront d’évoluer dans un monde numérique. Pour tracer de nouvelles voies aux apprenants de tous âges et viser la réussite à long terme, les changements et les innovations devraient apparaître dans les salles de classe, certes, mais aussi dans les établissements scolaires et, ultimement, dans l’ensemble du système d’éducation (par exemple, les structures, les organisations, les politiques).

[Pour consulter le rapport, http://unesdoc.unesco.org/images/0024/002431/243126F.pdf]

Référence :

Scott, C.L. (2015). Les Apprentissages de demain 3 : Quel type de pédagogie pour le XXIe siècle? Recherche et prospective en éducation, UNESCO, Paris. [Réflexions thématiques, n° 15]. Repéré à : http://unesdoc.unesco.org/images/0024/002431/243126F.pdf

 

Source de l’image : Shutterstock/Gladskikh Tatiana

Dernière modification : 18 novembre 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Un commentaire

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)

..