Dessiner pour apprendre ou quand une image vaut mille mots

Quand il faut apprendre des notions par cœur, plusieurs techniques, comme la lecture à voix haute, peuvent s’avérer bénéfiques. Or, une stratégie serait particulièrement efficace : le dessin.

Shutterstock

par Anne-Marie Grondin

 

Des chercheurs de l’Université de Waterloo ont mené des études qui montrent que l’encodage de l’information se ferait plus aisément en dessinant ce qu’il faut apprendre qu’en utilisant toute autre stratégie. Cela serait vrai autant pour les personnes bonnes en dessin que pour celles qui le sont moins.

[S’exercer à récupérer l’information pour de meilleurs apprentissages]

Les études

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de l’Université de Waterloo ont effectué plusieurs études.

Dans une étude, ils ont demandé à deux groupes de participants d’apprendre 30 mots. Pour ce faire, ces derniers devaient dessiner ou écrire chaque mot pendant 40 secondes. Dans le premier groupe, les participants devaient ajouter des détails à leur dessin ou écrire plusieurs fois le même mot. Dans le second, ils devaient embellir le mot écrit ou faire un même dessin plusieurs fois. Dans tous les cas, les participants se rappelaient mieux les mots lorsqu’ils les dessinaient.

Dans une autre étude effectuée par ces mêmes chercheurs, ceux-ci ont montré que l’effet bénéfique du dessin, pour l’apprentissage des mots, n’était pas simplement dû à l’imagerie visuelle. En effet, dessiner un mot s’avérerait mieux que de l’écrire en voyant une image qui lui est associée. Ce résultat pourrait s’expliquer par l’aspect moteur du mouvement du crayon et par le processus d’élaboration du dessin.

[Opter pour des stratégies d’étude efficaces]

Les concepts plus complexes seraient également mieux encodés par l’apprenant lorsque dessinés par ce dernier. Par exemple, après avoir lu 20 définitions de termes scientifiques, les participants d’une des études devaient dessiner une image représentant le terme défini ou écrire la définition verbatim. Les participants, en général, se rappelaient mieux les concepts qu’ils avaient dessinés.

Dans une autre étude, les chercheurs voulaient connaître l’apport des trois composantes suivantes relatives au dessin : l’élaboration, l’aspect moteur et l’aspect pictural. En contrôlant chaque composante dans des groupes de participants différents, ils ont remarqué que l’élaboration d’un dessin représentant un mot et la vue de ce dessin amélioraient la performance des participants, comparativement au fait d’écrire le mot. De plus, ils ont montré que l’utilisation simultanée de deux composantes relatives au dessin, plutôt que d’une seule, était encore plus bénéfique pour l’apprentissage, mais moins que l’intégration des trois.

[Prendre une part active dans ses apprentissages renforce la mémoire]

L’effet avec l’âge

Si la mémoire épisodique décline souvent avec l’âge, ce n’est pas le cas des régions visuelles qui, malgré le vieillissement, demeurent majoritairement intactes. Aussi, les chercheurs se sont demandé si les personnes âgées pourraient profiter davantage de l’effet bénéfique du dessin. Ils ont découvert que cela pouvait s’avérer utile. Effectivement, en comparant les résultats obtenus dans leurs études effectuées avec des participants jeunes et moins jeunes, ils ont trouvé qu’une plus grande proportion des mots que les adultes plus âgés avaient retenus étaient ceux que ces derniers avaient dessinés.

 

[Consulter l’article For Learning, Drawing a Picture May Really Be Worth a Thousand Words]

 

Référence

Association for Psychological Science (APS). (2018). For Learning, Drawing a Picture May Really Be Worth a Thousand Words. Repéré en ligne sur le site de l’APS à www.psychologicalscience.org/publications/observer/obsonline/for-learning-drawing-a-picture-may-really-be-worth-a-thousand-words.html

Source de l’image : Shutterstock

Dernière modification : 27 novembre 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. Merci pour cet article. J’en suis persuadé. Je me posais une question. A l’instar de techniques comme le Mindmapping, la courbe d’apprentissage n’est-elle pas trop longue avant d’obtenir une imageothèque personnelle suffisamment complète que pour être rapide et efficient ?

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)

..