Comment favoriser l’attention des enfants?

On s’inquiète de plus en plus de la capacité attentionnelle des enfants. En effet, selon certains, elle serait généralement en baisse. Mais est-ce réellement un problème?

Shutterstock/

par Marie-Pier Grondin

[Déficit d’attention : gare aux faux diagnostics]

Il y a quelques années, des psychologues ont effectué une étude afin de voir si les enfants prêtaient attention à une tâche même s’ils n’y étaient pas obligés. Cette expérience a été réalisée avec environ 80 enfants âgés de 5 à 11 ans provenant de deux milieux différents : des Blancs de la classe moyenne de la Californie et des Mayas du Guatemala. Les psychologues ont assis deux enfants à deux tables distinctes dans une même pièce. Ils ont indiqué à l’un des enfants qu’il devait attendre avant de se faire expliquer un bricolage, alors que l’autre recevait les explications pour assembler un jouet sur-le-champ. Les résultats? Alors que les Guatémaltèques qui devaient attendre restaient bien assis et étaient attentifs aux instructeurs deux fois sur trois, c’était le cas deux fois moins souvent chez les jeunes Américains.

[La télévision et les jeux vidéo pourraient contribuer à accroître les problèmes d’attention chez les jeunes]

Attention ou motivation?

Des spécialistes de la cognition et des neurosciences des États-Unis ont voulu développer un test standardisé mesurant l’attention. Ils ont demandé à des participants de peser sur un bouton quand ils voyaient une image de ville et de ne pas appuyer sur le bouton s’ils voyaient une autre image. Les chercheurs pensaient que plus une personne faisait d’erreurs, moins elle était capable d’avoir une attention soutenue.

Ils ont refait la même expérience, cette fois en précisant aux participants qu’ils pourraient sortir du laboratoire plus tôt s’ils obtenaient de meilleurs résultats que la première fois. Ainsi, grâce à la motivation, ils sont arrivés à des résultats améliorés de l’ordre de 50 %. Même en observant le cerveau des participants, ils ont remarqué que les circuits responsables du contrôle de l’attention se trouvaient activés de façon plus continue lorsque les participants étaient motivés.

Les chercheurs sont donc d’avis que si la motivation n’est pas mesurée lors d’une expérimentation, les réelles capacités d’attention ne le sont pas non plus.

[Dossier thématique : La motivation scolaire au secondaire]

Autonomie

Les enfants du Guatemala ayant participé à la première étude n’auraient donc pas une meilleure capacité attentionnelle, mais seraient plus motivés que les enfants des États-Unis.

Pourquoi? Parce qu’ils sont plus autonomes.

Les enfants du village maya en question ont la liberté de gérer leur horaire comme ils le veulent. Ils vont à l’école, font des activités à l’extérieur et aident leurs parents pour les tâches ménagères, mais ont un horaire moins strict. Ainsi, ces enfants apprennent à diriger leur attention vers ce qu’ils croient eux-mêmes être important.

À l’inverse, les enfants américains auraient un moins bon contrôle de leur attention étant donné que les adultes ne leur laissent pas assez de liberté. C’est particulièrement le cas à l’école, où le système contrôle de plus en plus les élèves au lieu de les soutenir.

Afin de favoriser la motivation des enfants, et ainsi leur attention, un psychologue américain suggère de leur donner plus de liberté de choix. Par exemple, il propose de demander à son enfant ce qu’il aimerait faire s’il avait le choix et de réserver une plage horaire dans la semaine pour cette activité.

[La capacité d’attention et la persistance dans la tâche : des aptitudes importantes pour terminer des études universitaires]

[Consulter l’article

]

Référence:

Doucleff, M. (2018). A Lost Secret: How To Get Kids To Pay Attention. Repéré en ligne : https://www.npr.org/sections/goatsandsoda/2018/06/21/621752789/a-lost-secret-how-to-get-kids-to-pay-attention.

 

Source de l’image : Shutterstock/Monkey Business Images

 

Dernière modification : 13 octobre 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)