Vers une société apprenante

Depuis un bon moment, les chercheurs soulignent l’urgence de réfléchir aux conditions et aux compétences qui vont permettre aux élèves, aux individus et aux organisations de s’adapter aux nombreux changements qui guettent nos sociétés. Plusieurs prônent que la création d’une « société apprenante au sein de laquelle chacun a appris à apprendre pour progresser tout au long de sa vie, professionnelle et citoyenne » demeure un vecteur essentiel à notre adaptation vis-à-vis des défis du 21e siècle. 

TNI

Pour alimenter la réflexion concernant la création d’une telle société, François Taddei, Catherine Becchetti-Bizot et Guillaume Houzel ont publié le rapport Vers une société apprenante. Dans ce document, ils mettent en lumière les leviers et les environnements susceptibles de favoriser le développement personnel et professionnel de tous les citoyens et, ainsi, de stimuler l’engagement et la réussite de ces derniers.

[Dossier thématique : Développement professionnel, collaboration et accompagnement]

Une société apprenante

La société décrite par les trois chercheurs permettrait entre autres à tout individu de construire, de partager et de documenter ses connaissances et ses apprentissages, en plus d’avoir accès aux ressources, aux lieux et aux accompagnements nécessaires pour améliorer ses pratiques.

Un système éducatif propice « au développement d’innovations pédagogiques adossées sur la recherche » et qui permet de diffuser ces savoirs à la formation initiale et continue est également à privilégier. Pour se diriger ensemble vers cette société apprenante, Taddei, Becchetti-Bizot et Houzel recommandent aussi que le milieu de l’enseignement s’oriente vers des pédagogies actives, qui systématisent l’usage du numérique et des activités collaboratives. Ceci, pour « intensifier le processus de co-construction, de participation et de partage et de diffusion des connaissances ».

[Le Plan d’action numérique]

Dans ce système d’éducation, l’enseignant devient « un mentor qui accompagne avec sollicitude et bienveillance » les élèves, dorénavant axés sur le fait de s’interroger, d’interpréter, d’« apprendre à apprendre ». Tous les acteurs de la société participent ainsi à la création d’une culture de confiance, de responsabilité, de mentorat bienveillant et de coopération dès l’entrée à l’école.

[Éducation : Créer sa propre Finlande]

Recommandations

Taddei et ses acolytes présentent et expliquent également dix propositions et autant de pistes de réflexion pour soutenir les différents acteurs d’une société apprenante.

Le RIRE vous invite à consulter le rapport pour accéder aux explications de l’ensemble de ces propositions et de ces réflexions.

Voici les dix propositions de Taddei, Becchetti-Bizot et Houzel :

  1. Mieux adosser à la recherche la formation initiale et continue de tous les acteurs;
  2. Encourager l’engagement des équipes dans des expérimentations et leur mise en réseau;
  3. Intensifier la recherche sur l’éducation;
  4. Aménager des tiers-lieux physiques;
  5. Déployer des tiers-lieux numériques;
  6. Promouvoir un carnet d’apprenant tout au long de la vie;
  7. Promouvoir des normes, des dispositifs et des cadres de confiance;
  8. Concevoir et promouvoir les règles éthiques;
  9. Promouvoir des alliances territoriales;
  10. Promouvoir des alliances de recherche;

Il s’agit d’aller plus loin à toutes les échelles. Poursuivre et intensifier les investissements, pas seulement pour parer aux urgences, mais pour conduire le changement. Dégager du temps pour favoriser les échanges entre pairs et le travail collectif, faciliter le dialogue avec des chercheurs ou des intervenants extérieurs pour avoir un retour réflexif sur les projets, etc.

[Consulter le rapport]

Référence

Becchetti-Bizot, C., Houzel, G. et Taddei, F. (2017). Vers une société apprenante. Les grands axes du rapport. Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Repéré à http://cache.media.education.gouv.fr/file/03_-_mars/19/0/2017_rapport_taddei_740190.pdf

Dernière modification : 12 juillet 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)