Introduire des pratiques inclusives dans son enseignement

Les professeurs doivent mettre en place des pratiques pédagogiques inclusives pour créer et maintenir un milieu d’apprentissage harmonieux et accueillant qui place les étudiants au centre des apprentissages et qui respecte leurs besoins et leurs styles d’apprentissage.

 

strategies-ehdaa-universite

Shutterstock/lightpoet

 

Jean-Pascal Beaudoin, du Centre de pédagogie universitaire de l’Université d’Ottawa, a publié le guide Introduction aux pratiques d’enseignement inclusives. Ce document explique les pratiques pédagogiques susceptibles de favoriser l’accessibilité aux études et la réussite de tous les étudiants, d’une part, et fournit aux professeurs des stratégies efficaces pour mettre en place ces pratiques, d’autre part.

Les obstacles à l’apprentissage

Selon Statistique Canada, 9 à 11 % des étudiants universitaires présenteraient une incapacité, comme un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), un trouble de santé mentale, un problème de mobilité, des symptômes découlant d’un traumatisme crânien ou un trouble d’apprentissage. Et plus des deux tiers de ces incapacités seraient invisibles, ce qui augmenterait les chances que ces étudiants fassent « l’objet d’attitudes défavorables de la part de leurs éducateurs ([…] remise en cause de l’existence de l’incapacité) ».

Les incapacités, qu’elles soient visibles ou non, représentent des obstacles significatifs (liés au stress, à la concentration, aux relations interpersonnelles, à la lecture, etc.) pour les étudiants et ont des répercussions sur leur capacité à apprendre, à structurer leurs apprentissages, à participer adéquatement en classe ou tout simplement à répondre aux exigences du cours.

[Les stratégies d’apprentissage des étudiants ayant un trouble d’apprentissage ou un TDAH à l’université]

Les pratiques inclusives

Pour réduire ou éliminer ces obstacles et pour répondre aux besoins et aux styles d’apprentissage variés des étudiants, on a développé le concept d’enseignement inclusif, aussi appelé apprentissage différencié. « L’inclusion consiste à ajouter des méthodes d’enseignement diversifiées, à proposer des activités d’apprentissage stimulantes et pertinentes (apprentissage dynamique) dans un milieu sécurisant sur le plan cognitif, psychologique et physique et exempt d’obstacles. »

[Dossier thématique : L’inclusion scolaire]

L’enseignement inclusif comprend aussi l’adoption par les professeurs d’une pratique réflexive et d’une attitude sensible. Grâce à ces pratiques, l’approche réactive de l’enseignement (centré sur le professeur) se transforme en une approche proactive (centré sur l’étudiant). Les professeurs deviennent donc des guides et des facilitateurs d’apprentissage au lieu de rester camper dans un rôle de transmetteur d’informations.

On constate que les étudiants ayant des incapacités qui reçoivent des services d’aide atteignent des taux de diplomation et de réussite scolaire comparables à ceux de la population générale

Les stratégies de mise en œuvre

Beaudoin présente quatre stratégies qui permettent aux professeurs d’intégrer des pratiques inclusives à leur enseignement. Pour ce faire, il leur recommande de débuter avec leurs pratiques et leur planification habituelles, en y ajoutant progressivement des éléments de pratiques inclusives.

[8 stratégies d’enseignement recommandées par Hattie et Marzano]

Voici les quatre stratégies proposées par Beaudoin :

  1. Réfléchir aux objectifs, aux besoins d’apprentissage et aux méthodes d’enseignement
    Cette première stratégie suppose plusieurs questions et éléments de réflexion dans le but de préparer un cours inclusif et d’utiliser la rétroaction des étudiants pour choisir les méthodes d’enseignement.
  2. Favoriser l’apprentissage dynamique et la multiplicité des méthodes d’enseignement
    Cette deuxième stratégie tient compte des quatre piliers sur lesquels l’enseignement inclusif s’appuie : la conception à rebours; la motivation et l’intérêt des étudiants; la présentation visuelle de la matière; l’accompagnement grâce à la technologie.
  3. Offrir diverses options aux étudiants pour démontrer leur compréhension du contenu (évaluation)
    Cette troisième stratégie consiste quant à elle en la création d’une liste de questions et de recommandations qui permettent de réfléchir aux méthodes d’évaluation des professeurs et de les adapter au besoin.
  4. Offrir du matériel accessible, support écrit ou en ligne, format PDF, MS Word, PowerPoint ou Excel
    La quatrième et dernière stratégie vise à aider les professeurs à concevoir du matériel adéquat, accessible et facile à comprendre pour répondre aux besoins de tous les étudiants.

Les outils disponibles

Beaudoin présente aussi quatre outils qui facilitent la conception de cours inclusifs et qui offrent aux professeurs la possibilité de s’informer sur les incapacités et les stratégies d’accommodation :

  1. Document Trousse d’accessibilité à l’intention des éducateurs du Conseil des universités de l’Ontario (COU);
  2. Document Liste de contrôle pour des pratiques d’enseignement inclusives;
  3. Document Lignes directrices de la conception universelle de l’apprentissage du Centre for Applied Science and Technology (CAST);
  4. Document Réduire l’impact des obstacles à l’apprentissage. Guide à l’intention du personnel enseignant.

On constate que de petits changements peuvent avoir beaucoup d’impact. Les professeurs qui, au début, se sentent dépassés par la perspective de revoir toute la structure de leur cours deviennent enthousiastes à l’idée d’apporter de petites modifications basées sur les principes de l’enseignement inclusif en fonction du contenu de leur cours et de leur style d’enseignement.

[Consulter le document]

Référence

Beaudoin, J.-P. (2013). Introduction aux pratiques d’enseignement inclusives. Centre de pédagogie universitaire. Université d’Ottawa. Repéré à www.uottawa.ca/respect/sites/www.uottawa.ca.respect/files/accessibilite-guide-inclusion-fr-2013-10-30.pdf

 

Source de l’image : Shutterstock/ lightpoet

Dernière modification : 23 juillet 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

2 commentaires

  1. Par Steve Bissonnette le 23 juillet 2018 à 14:47

    Recommander à des profs de tenir compte des styles d’apprentissage des étudiants est une aberration

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)