Les chiens d’assistance de la Fondation MIRA en soutien aux adolescents ayant un TSA

Selon Manon Noiseux (2014), le trouble du spectre de l’autisme (TSA) est le handicap qui prévaut actuellement en milieu scolaire. Toutefois, de nombreux intervenants sont d’avis que l’on doit optimiser les pratiques d’intervention auprès des jeunes afin de favoriser leur insertion et leur participation sociales. Au Québec, peu d’études ont porté jusqu’ici sur les adolescents qui ont un TSA.

PIxabay/Amy_Gillard

 

Aurélie Tremblay, étudiante à l’Université de Montréal, s’est intéressée à ce sujet dans le cadre de sa maîtrise en sciences de l’éducation. Elle a étudié le vécu de deux adolescents ayant un TSA, en contexte scolaire et familial, relativement à l’apport, sur le plan humain, de la présence d’un chien-guide de la Fondation MIRA.

[Des chiens viennent en aide aux élèves en difficulté]

Méthodologie

Tremblay a privilégié l’étude de deux cas :

  • Un adolescent de 17 ans ayant un chien d’assistance depuis six ans;
  • Une adolescente 14 ans ayant un chien d’assistance depuis deux ans.

Elle a utilisé divers outils de collecte de données auprès de ces deux adolescents et de leurs proches (parents, enseignants titulaires et techniciens en éducation spécialisée) :

  • Entretiens semi-dirigés;
  • Observations participantes;
  • Journaux de bord (des adolescents et de la chercheure).

Les résultats

Selon le Modèle de développement humain – Processus de production du handicap (MDH-PPH), le fait d’utiliser un chien d’assistance comme « outil d’intervention » pour les adolescents ayant un TSA :

  • a une influence positive sur certains facteurs personnels et environnementaux, favorisant ainsi une meilleure participation sociale de la part des adolescents;
  • semble agir principalement sur les symptômes, les troubles fréquemment associés et sur les caractéristiques communes au handicap de TSA;
  • représente un apport important pour l’entourage des adolescents.

 

La présence de l’animal à l’école peut atténuer certains facteurs anxiogènes et donc favoriser les apprentissages des adolescents ayant un TSA. 

Les principales conclusions de la chercheure

La présence du chien d’assistance :

  • renforce les aptitudes des adolescents ayant un TSA, permettant ainsi une meilleure réalisation des habitudes de vie;
  • diminue les obstacles potentiels auxquels ces adolescents doivent parfois faire face dans leur environnement;
  • donne un aspect visible au handicap des adolescents ayant un TSA, ce qui aide à positionner réalistement les attentes sociales envers eux;
  • influence positivement plusieurs éléments propres au TSA, ce qui permet à la famille et aux intervenants scolaires de travailler d’autres éléments auprès des adolescents concernés.

[Consulter le mémoire]

Références

Tremblay, A. (2016). Présence d’un chien d’assistance MIRA pour deux adolescents ayant un TSA en contexte scolaire et familial : vécus et apports sur le développement humain (Mémoire de maîtrise). Université de Montréal. Repéré à https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/18613

Noiseux, M. (2014). Prévalence des troubles du spectre de l’autisme : la Montérégie en tête de peloton. Repéré à http://www.autisme.qc.ca/assets/files/02-autisme-tsa/Autisme%20en%20chiffre/Periscope-TSA.pdf

 

 Source del’image : Pixabay/Amy_Gillard

Dernière modification : 27 mars 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)