Enseigner à un élève autiste par le biais de la technologie ou par le biais d’un intervenant?

Des milliers d’applications mobiles permettraient de soutenir le développement des enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Où en est la recherche dans l’évaluation de ces applications?

Shutterstock/Billion Photos

Chercheur au CHU Sainte-Justine et professeur agrégé à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal, Marc Lanovaz s’intéresse à l’évaluation, l’enseignement et l’intervention auprès des personnes qui présentent un TSA ou une déficience intellectuelle.

[Enseigner auprès d’élèves ayant des difficultés langagières ou un trouble du langage]

 

Dans un article publié sur le blogue de vulgarisation scientifique , il présente un bref état de la recherche sur l’utilisation de la technologie en autisme. La recherche suggère que la technologie s’avère efficace pour enseigner des habiletés. Mais Lanovaz se questionne à ce propos. L’enseignement par le biais de la technologie est-elle aussi efficace que l’enseignement dispensé par un intervenant?

 

Dans le cadre de son doctorat, Sabine Saade Chebli a mené une étude sur l’utilisation des tablettes tactiles comme outil d’enseignement auprès d’enfants qui ayant un TSA. Elle a comparé l’efficacité de l’enseignement dispensé par le biais d’une tablette à celui dispensé par un intervenant. Pour ce faire, on été a enseigné 19 paires de concepts à sept enfants ayant un TSA. Par exemple, on a enseigné aux enfants le concept « cheval » par le biais d’une tablette, et le concept « canard » leur a été enseigné par un intervenant. Qu’en est-il des résultats de cette étude?

 

Pour 14 des 19 paires de concepts, ceux enseignés aux enfants par l’intervenant ont été acquis plus rapidement que ceux enseignés par le biais de la tablette. De plus, aucun des sept enfants n’a appris ces paires de concepts plus rapidement avec la tablette tactile.

 

Nos résultats suggèrent donc que les tablettes ne devraient pas remplacer l’enseignement dispensé par un intervenant, mais qu’elles pourraient plutôt servir de complément lorsque l’enseignement offert un à un n’est pas viable. 

 

Lanovaz ajoute que l’efficacité de la tablette semble varier selon le niveau de fonctionnement de l’enfant, le type d’enseignement et l’habileté enseignée. Il conseille aux parents et aux intervenants de considérer le pour et le contre avant d’adopter une nouvelle technologie pour soutenir l’enseignement auprès des enfants ayant un TSA. Car même lorsque la technologie est efficace, il faut garder en tête ceci : l’enseignement dispensé par un intervenant serait peut-être encore plus efficace.

Consultez l’article.

Références

Lanovaz, M. (2017). L’utilisation de la technologie en autisme : une simple mode ou une solution miracle? Repéré à https://parlonsapprentissage.com/lutilisation-de-la-technologie-en-autisme-une-simple-mode-ou-une-solution-miracle/

Saade Chebli, S. (2016). L’utilisation de tablettes tactiles comme outils d’enseignement auprès d’enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme (Thèse de doctorat inédite, Université de Montréal). Repéré à https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/18485/Saade_Chebli_Sabine_2016_These.pdf?sequence=2&isAllowed=y

Source de l’image : Shutterstock/Billion Photos

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

2 commentaires

  1. […] le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE): http://rire.ctreq.qc.ca/2018/03/enseigner-a-eleve-autiste-biais-de-technologie-biais-dun-intervenant… ———————————- ***** Veuillez […]

    Commentaire inapproprié ?

  2. […] aussi aimé parlé de cet article « Enseigner à un élève autiste par le biais de la technologie ou par le biais d’un intervenant? », mais j’ai manqué de […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)