Apprendre à lire… au Cégep! Comment aider les étudiants à lire un texte disciplinaire?

Les professeurs du cégep le constatent : il n’est pas rare que les étudiants s’approprient difficilement le contenu des lectures qu’on leur propose. Comme professeurs, comment peut-on aider les étudiants à mieux comprendre ce qu’ils lisent? Pour Catherine Bélec, la réponse à cette question passe d’abord par une prise de conscience de son propre rapport à la lecture.

lecture-collegial

Shutterstock / wavebreakmedia

Catherine Bélec est professeure de français au Cégep Gérald-Godin à Montréal. Elle a mené un projet en collaboration avec des professeurs de différentes disciplines du collégial. Dans un article du numéro d’hiver 2017 de la revue Pédagogie collégiale, elle explique comment s’est déroulé ce projet.

Une démarche réflexive

Elle a d’abord voulu que les professeurs s’inscrivent dans une démarche réflexive par rapport à l’utilisation de la lecture comme outil pédagogique. Pour ce faire, elle leur a demandé de remplir un questionnaire, pour ensuite échanger verbalement sur leurs réponses aux questions.

Exemples de questions : « A-t-on besoin de connaissances antérieures pour apprendre par la lecture? », « Le professeur a-t-il la responsabilité d’aider ses étudiants à comprendre ce qu’ils lisent dans le cadre de son cours? », « Que fait lire le professeur à ses étudiants? Pour quels objectifs? »

En discutant avec les professeurs, Bélec a observé que ceux-ci accordaient tous une grande importance à la lecture et à son pouvoir en tant qu’outil d’apprentissage. Elle a aussi soulevé quelques contradictions entre les conceptions des enseignants de la lecture et l’utilisation qu’ils font de la lecture en contexte de classe.

Par exemple : « pourquoi un professeur croyant qu’on peut apprendre à « bien lire » n’enseigne-t-il pas des stratégies pour aider ses étudiants à mieux apprendre par la lecture? »

Un autre outil de réflexion : les cercles de lecture

Après avoir fait réfléchir les enseignants par l’entremise du questionnaire, Bélec a fait vivre trois activités différentes aux professeurs. Les trois activités prenaient la forme de cercles de lecture, au cours desquels les participants lisaient individuellement un texte pour ensuite en discuter en petit groupe.

Lors de la première activité, les professeurs ont été amenés à lire une nouvelle littéraire. La nouvelle choisie par Bélec était volontairement ambiguë et laissait place à différentes interprétations. Lors de la deuxième activité, c’est un texte informatif que leur a fait lire Bélec. Avec ce deuxième texte, les professeurs avaient reçu la consigne de surligner les éléments qu’ils jugeaient importants dans le texte en vue d’en faire une courte synthèse.

Après avoir discuté des deux textes, les professeurs des différentes disciplines (français, mathématique philosophie, histoire, administration) ont pris conscience qu’ils n’avaient pas compris et interprété les textes de la même façon, et qu’ils n’avaient pas utilisé les mêmes stratégies de lecture pour tirer l’information essentielle du texte. Ils ont réalisé que même les bons lecteurs peuvent faire des lectures bien différentes d’un même texte, car le lecteur construit le sens de ce qu’il lit, entre autres, en fonction de son « bagage ».

La lecture ne se réduit pas à la transmission d’une pensée déjà formée; elle relève plutôt d’une construction cognitive, où l’œil du lecteur observe un texte avec des caractéristiques données – qu’il pourra choisir, consciemment ou non, de prendre en compte ou d’ignorer.

En ce sens, Bélec soutient qu’il est important qu’un enseignant guide la lecture de ses étudiants en fonction de l’objectif pédagogique des lectures.

Soutenir l’apprentissage d’étudiants ayant un trouble d’apprentissage au collégial

Comme troisième activité, pour faire découvrir aux professeurs une stratégie de lecture (la démarche SQ6R), Bélec leur a fait lire un article en leur demandant d’abord de survoler le texte pour ensuite faire ressortir des questions auxquelles le texte était susceptible de répondre. Les professeurs ont pris conscience que ces stratégies les amenaient à centrer leur attention sur des objectifs précis de lecture au moment de lire le texte.

Des pistes pour aider les étudiants à lire des textes disciplinaires

Bélec propose deux pistes pour aider les élèves à lire les textes qu’on leur fait lire dans différentes disciplines. La première consiste à modéliser la lecture, à montrer explicitement aux étudiants comment le professeur s’y prend pour lire un texte propre à sa discipline, quelles stratégies il utilise et quelles sont ses attentes par rapport à la lecture de ce texte.

[Le] professeur lit, devant ses étudiants, un extrait de texte puis, à haut voix, explique le chemin de sa propre réflexion lorsqu’il lit […] en expliquant pourquoi certains éléments lui semblent plus pertinents que d’autres.

La deuxième piste consiste à permettre aux étudiants d’échanger entre eux sur le contenu de leurs lectures afin de confronter leur compréhension des textes.

Renouveler sa façon de corriger en utilisant la rétroaction multitype

Somme toute, la pratique réflexive suscitée par Bélec a fait prendre conscience aux professeurs du collégial de l’importance de guider les étudiants dans la lecture des textes propres à leur discipline.

[Consultez l'article]

Image : © Shutterstock / wavebreakmedia

Dernière modification : 9 février 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 4,33 sur 5)

Un commentaire

  1. Bonjour,
    C’est un article qui tombe bien car étant étudiant en sciences sociales, je comprends ce que je lis mais je peux louper des détails de definition, ce que d’autres étudiants relèvent. Ainsi, je me remets en question, mais de façon obsessionnelle, me pertubant à la fin. Avez-vous des conseils car je suis dans une croyance qu’il existe UNE bonne méthode, permettant de bien lire, efficacement et rapidement. J’imagine bien que ce n’est pas possible mais j’ai besoin que quelqu’un me mette en face de la réalité. Je vous remercie

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)