L’estime de soi et les troubles d’apprentissage

Lors d’une entrevue pour la balado de TA@l’écoleNadia Rousseau, professeure en adaptation scolaire à l’Université du Québec à Trois-Rivières, a fait le point sur l’estime de soi des élèves présentant un trouble d’apprentissage.estime de soi

Comment le milieu de la recherche définit-il l’estime de soi?

L’estime de soi est l’image que l’on a développée de soi-même. Elle est construite à partir de notre perception de soi et de nos compétences, qui elles varient selon les milieux et les contextes. Par exemple, on peut avoir une bonne perception de soi et de ses compétences au soccer et une mauvaise dans les cours de français. Les perceptions sont aussi influencées par le regard des autres. Ce sont donc les perceptions de soi, de ses compétences et du regard des autres sur soi-même qui construisent l’estime de soi d’une personne.

L’apprentissage et l’estime de soi

Les apprenants qui se sentent compétents ont tendance à mieux réussir que ceux qui ne se sentent pas compétents.

Il est également possible d’établir un lien entre la perception de soi et la prise de risque. Demander de l’aide implique la possibilité d’« avouer » ses difficultés aux pairs, et peu d’apprenants ayant une mauvaise estime de soi sont prêts à prendre ce risque. La Dre Rousseau compare cette situation à un filtre qui altère le rapport au savoir de l’apprenant. Pour l’élève avec une faible estime de soi, la peur de ne pas réussir, de se faire confirmer qu’il éprouve de la difficulté ou d’être jugé nuit aux apprentissages. Ce même filtre a aussi un impact sur l’interprétation des gestes des autres et complique la socialisation.

À éviter :

Les élèves avec une faible estime de soi ont besoin de se valoriser dans une activité ou un milieu. Il faut éviter le piège de restreindre les loisirs de l’apprenant; lieu où il peut développer un sentiment de compétence pour compenser ses difficultés scolaires.

Interventions possibles :

  • Faire ressortir les réussites de l’apprenant à l’école ou dans d’autres milieux.
  • Placer les élèves en situation de réussite, à l’aide de la différenciation pédagogique, des technologies d’aide ou de la reconnaissance d’habilités extrascolaires.
  • Connaître l’apprenant pour mieux saisir ses forces et ses qualités à encourager.

 

[Pour écouter l’entrevue]

Pour voir cet article en PDF

 

Image: « self-esteem » (CC BY 2.0) by  Key Foster 

Dernière modification : 20 juillet 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

4 commentaires

  1. Par Véronique D. le 18 juillet 2016 à 15:43

    Bonjour,

    Je me permets de soulever ici une erreur dans la domination de la chercheuse. Nous devrions lire « Nadia Rousseau, professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières » au lieu de « la Dre Nadia Rousseau ». Pour plus d’information sur les règles qui régissent le titre, je vous invite à consulter cet article de l’OQLF : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=2778

    Véronique

    Commentaire inapproprié ?

  2. Merci Madame D’amours pour cette précision. La modification a été effectuée.

    Commentaire inapproprié ?

  3. Par Benoit therrien le 19 juillet 2016 à 11:41

    Bonjour. Qui croire?. M. Steve Bissonette vient de tout défaire l’affirmation de Mme. Rousseau en 140 caractères sur son compte Twitter.

    Commentaire inapproprié ?

  4. Par Steve Bissonnette le 22 juillet 2016 à 5:20

    Le sentiment de compétence se développe sur la base de réussite et non l’inverse. Voir les études telles le projet Follow Through et celles de Baumeister .

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)