Les conséquences économiques du décrochage scolaire

Le décrochage scolaire préoccupe plusieurs pays. Ce phénomène n’est toutefois pas défini de la même façon d’un endroit à l’autre. Au Québec, un décrocheur est un jeune qui cesse d’aller à l’école sans être titulaire d’un diplôme d’études secondaires. Lorsque cette absence de l’école s’étend sur une période de 5 ans, on parle alors d’abandon scolaire.

Les causes du décrochage sont nombreuses et varient d’une personne à une autre, de même que les répercutions qu’il entraîne.

Le feuillet de sensibilisation complet, disponible gratuitement sur les sites Web du CTREQ et de PRÉCA, donne un éclairage inédit sur les conséquences économiques du décrochage scolaire au Québec. L’équipe du PRÉCA propose aussi de donner une conférence dans votre organisation, et ce, tout à fait gratuitement!

Pour consultation sur mobile, cliquez ici.

Source de l’image : Shutterstock / Jacob Lund

Dernière modification : 10 juin 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Un commentaire

  1. Par Stéphanie le 11 mai 2016 à 20:59

    J’enseigne dans un centre d’éducation des adultes avec des élèves de 17 à 22 ans en grande difficultés d’apprentissage et qui sont trop vieux pour continuer au secondaire. Ils sortent presque tous de classes spéciales. Nous parvenons à diplômer des élèves ou à leur donner accès à un DEP. Nous faisons des miracles avec rien! Nous sommes l’école de la dernière chance, après nous, il n’y a rien. Pourtant, nous nous n’avons droit à aucun service d’aide pour les élèves (psychoéducateur, orthopédagogue…)
    Il faut également arrêter de faire croire aux élèves, et le reste de la société, qu’il leur faut absolument un DES. Avec un DEP, plusieurs personnes gagnent mieux leur vie que certains avec un baccalauréat. Ce qui est important, c’est d’avoir un diplôme afin d’avoir accès à un emploi.

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)