L’école obligatoire jusqu’à 18 ans : une solution à privilégier?

Au Québec, un jeune doit fréquenter l’école jusqu’à l’âge de 16 ans. En Ontario, depuis plusieurs années, la scolarisation est obligatoire jusqu’à l’âge de 18 ans ou jusqu’à l’obtention d’un diplôme. Cette hausse de l’âge de fréquentation scolaire obligatoire concorde avec une baisse du taux de décrochage scolaire dans la province ontarienne. Face à ce constat, certains envisagent l’idée de rendre l’école obligatoire jusqu’à 18 ans au Québec. Mais que dit la recherche à ce sujet?

ecole-obligatoire-18-ans

Shutterstock / Lucky Business

Denyse Lamothe, professionnelle au Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES) à l’Université Laval, a procédé à une courte recension des écrits sur la question, en se référant à la base de données ERIC ainsi qu’à différents périodiques.

Cet article présente les grandes lignes du texte publié par Lamothe afin d’alimenter la réflexion autour de la durée de scolarisation obligatoire.

Constat 1 : L’augmentation de l’âge de fréquentation scolaire obligatoire n’assure pas une diminution du taux de décrochage

Selon les résultats d’une étude réalisée en 2005 aux États-Unis, faire passer l’âge de fréquentation scolaire obligatoire de 16 à 18 ans entrainerait une modeste hausse de 1 à 2% du taux de diplomation. Une autre étude américaine qui avait pour objectif de comparer le taux de diplomation entre les états n’a pas non plus montré de lien significatif entre le taux de diplomation et l’âge de fréquentation scolaire obligatoire, qui varie d’un état à l’autre aux États-Unis. Aux Pays-Bas, une recherche menée en 2011 montre des résultats similaires aux études américaines, en notant une hausse de 2,5% de la persévérance scolaire à la suite d’une réforme qui avait fait augmenter d’un an l’âge de fréquentation scolaire obligatoire.

Constat 2 : Pour être efficace, l’école obligatoire jusqu’à 18 ans doit être jumelée à d’autres mesures favorisant la persévérance scolaire

C’est ce qu’on observe dans la province de l’Ontario, où cette mesure a été accompagnée d’autres stratégies pour favoriser la persévérance scolaire. Bien que l’allongement de la période de scolarité obligatoire ait vraisemblablement contribué à la baisse du taux de décrochage dans cette province, on n’attribue pas cette réussite à cette seule mesure.

[L’Ontario] est parvenue à réduire son taux de décrochage de façon spectaculaire en rendant l’école obligatoire jusqu’à 18 ans, mais aussi en créant des programmes axés sur le marché du travail et en mettant sur pied des équipes d’intervention dans chaque école.

Pour être efficace, l’allongement de la durée de scolarité obligatoire devrait donc être accompagné de mesures complémentaires pour favoriser la persévérance scolaire. Selon une étude britannique, ces mesures complémentaires pourraient, par exemple, être axées sur l’éducation professionnelle et sur les stages en emploi.

Le mentorat pour favoriser la persévérance scolaire des jeunes

Conclusion

En conclusion, la recherche montre que, sans être une panacée, l’allongement de la durée de fréquentation scolaire obligatoire pourrait être une avenue à explorer en complémentarité avec d’autres mesures afin de favoriser la réussite et la persévérance scolaires chez les jeunes.

[Consultez l’article]

 

Source de l’image : Shutterstock / Lucky Business

Dernière modification : 27 avril 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 3,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)