Quoi de neuf?

Renouveler sa façon de corriger en utilisant la rétroaction multitype

Réinventer la traditionnelle méthode de correction pour la rendre plus pertinente et plus efficace sur le plan des apprentissages : voilà la mission que s’est donnée Catherine Bélec, une professeure de français du Cégep Gérald-Godin.

correction-texte-retroactions

Shutterstock / Pixsooz

En 2014, Catherine Bélec a entrepris une recherche qui visait à explorer de nouvelles façons de corriger les textes de ses étudiants, en fournissant à ces derniers des rétroactions utiles au développement de leur compétence rédactionnelle.

Dans cet article de la revue Pédagogie collégiale, la professeure présente le modèle qu’elle a conçu ainsi que les conclusions qu’elle a tirées de son expérimentation en contexte d’enseignement collégial.

Le modèle « multitype »

Après avoir recensé les principaux types de rétroactions existants et pris connaissance des avantages et des désavantages de chacun (voir le tableau 1 de l’article), Bélec a créé un modèle alliant simultanément plusieurs de ces méthodes de rétroactions pour corriger les productions écrites de ses étudiants et pour stimuler un travail de réécriture chez ceux-ci.

Avec ce modèle, la correction des textes se fait sur une tablette en utilisant les logiciels iAnnote et Adobe Acrobate Pro pour pouvoir à la fois annoter les copies comme on le fait avec un stylo, en plus de pouvoir ajouter des symboles, des commentaires écrits, des commentaires sonores, des capsules vidéo et des hyperliens.

L’évaluation : un élément crucial du processus d’apprentissage

La correction des rédactions individuelles est sans doute le moment où les professeurs exercent la plus grande différenciation pédagogique.

 Résultats de l’expérimentation

Les effets de l’usage du modèle de rétroaction multitype se sont avérés positifs. D’un point de vue quantitatif, à la suite de la réécriture à partir des rétroactions reçues, la majorité des étudiants aurait augmenté leur note de 5 à 15%.

Ces résultats semblent indiquer que la correction multitype favorise une compréhension plus approfondie des commentaires du professeur et permet une rétroaction plus constructive que les rétroactions au stylo.

D’un point de vue plus qualitatif, les rétroactions multitypes auraient suscité la motivation et l’engagement actif des étudiants dans la tâche de réécriture. L’usage de ces rétroactions multiples rendrait également plus interactive et moins monotone la tâche de correction pour l’enseignant.

Rédaction manuscrite ou numérique : impact sur la compétence à écrire

Selon les propos de la professeure, la correction multitype n’alourdirait pas la tâche de correction ni le temps accordé à cette tâche (environ 35 minutes par rédaction, comparativement à une trentaine de minutes avec une méthode de correction plus traditionnelle). À son avis, une telle méthode de correction est assurément une avenue à explorer davantage par les enseignants et les chercheurs.

[Consultez l'article]

 

Photo : Shutterstock /Pixsooz

Dernière modification : 24 février 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 3,50 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)