Quoi de neuf?

La place de l’éducation dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

L’éducation est un facteur clé de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Sans être une panacée, elle peut jouer un rôle considérable, notamment dans la réduction des inégalités sociales, l’intégration au marché du travail et l’implication citoyenne.

memoire-lutte-pauvrete

Shutterstock / P. Chinnapong

Au Québec, le Conseil supérieur de l’éducation a pour rôle de dresser un portrait global et objectif de l’éducation, en vue d’orienter les actions ministérielles. En janvier 2016, le Conseil a publié un « mémoire […] dans le cadre de la consultation publique en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ». Cet article présente une synthèse des principales idées émises par le Conseil à cet égard.

Deux axes d’intervention prioritaires

Selon les membres du Conseil, pour agir de façon stratégique dans la lutte contre le cercle vicieux de la pauvreté et de l’exclusion sociale, les interventions devraient viser, d’une part, le parcours des jeunes de la petite enfance jusqu’à l’âge de 16 ans (fin de la période de scolarité obligatoire), et, d’autre part, les adultes qui présentent de faibles compétences en lecture.

Orientations suggérées

Élargir la conception de l’éducation

Selon le Conseil, l’éducation ne devrait pas être perçue comme une période déterminée de la vie d’un individu, mais plutôt comme une activité humaine qui demeure présente tout au long de sa vie. Cette conception de l’éducation met de l’avant l’importance de la formation formelle et informelle en vue de répondre aux différents besoins des citoyens.

Une telle vision de l’éducation permet […] d’offrir des réponses mieux adaptées aux différents besoins en mettant à profit toutes les voies éducatives disponibles, par exemple l’éducation populaire ou certaines pratiques de loisir éducatif.

Soutenir et encourager le développement des capacités

Cette orientation propose de considérer davantage les besoins et intérêts des individus (enfants et adultes), particulièrement auprès des élèves en difficulté.

Tenir compte des aspirations, des capacités et des besoins des élèves est une voie prometteuse pour lutter contre le décrochage.

Il peut, par exemple, s’agir d’orienter les élèves vers des parcours de formation adaptés à leurs capacités, ou encore de solliciter des activités de formation auprès des adultes vivant des situations d’exclusion.

Agir dès la petite enfance et tout au long de la scolarité obligatoire

Une autre orientation suggérée par le Conseil consiste à mettre l’accent sur l’accompagnement et l’intervention en petite enfance afin de réduire le plus tôt possible les inégalités éducatives qui peuvent survenir dès la naissance et croitre de plus en plus avant même l’entrée à l’école.

Si les enfants entrent à l’école avec des caractéristiques différentes […], le parcours scolaire aurait tendance à transformer certaines de ces différences en inégalités.

La même préoccupation à l’égard des inégalités éducatives doit, selon eux, demeurer prioritaire tout au long de la période de fréquentation scolaire obligatoire.

Agir auprès des adultes faibles lecteurs

Le développement et le maintien des compétences en littératie est un enjeu de société important, que ce soit sur le plan économique que social. À titre d’exemple, les conditions de travail et le taux d’emploi seraient meilleurs chez les personnes possédant des compétences élevées en littératie. Ces compétences seraient également associées au degré de participation citoyenne, ainsi qu’à la capacité de gérer ses finances personnelles. De bonnes compétences en littératie chez l’adulte favoriseraient également la persévérance scolaire des enfants.

Un engagement collectif pour maintenir et rehausser
les compétences en littératie des adultes‏

C’est pourquoi le Conseil encourage le gouvernement à « faire du maintien et du rehaussement des compétences des adultes ayant un faible niveau de littératie une priorité nationale, inscrite au cœur d’une politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue actualisée ».

[Consultez le document]

 

Source des images : Shutterstock / P. Chinnapong

Dernière modification : 29 février 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)