Quoi de neuf?

La communication orale : pourquoi et comment l’enseigner?

À l’école, l’accent est souvent mis (avec raison) sur l’apprentissage de l’écrit par l’entremise de la lecture et de l’écriture. Si l’importance de l’écrit dans l’apprentissage n’est plus à démontrer, il semblerait que le développement du langage oral soit lui aussi déterminant.

oral

En France, l’apprentissage de l’oral est de plus en plus présent dans les programmes d’études de l’élémentaire et du collège (l’équivalent du primaire et secondaire au Québec). Dans cet article, Sylvie Plane, chercheuse, professeure et vice-présidente du Conseil supérieur des programmes en France, justifie la place croissante qu’occupe le langage dans les programmes scolaires.

Selon elle, l’oral et l’écrit devraient tous deux faire l’objet d’un apprentissage, sans pour autant tomber dans un enseignement magistral de l’oral. Ce dernier consiste en un « ensemble de savoirs et de savoir faire dont la maitrise s’ancre dans la pratique et l’analyse ».

L’oral prédit l’écrit

L’oral VS l’écrit

L’oral et l’écrit présentent plusieurs similitudes. À titre d’exemple, ils visent tous deux la production d’un message dans une culture donnée. Cette production langagière nécessite un effort cognitif important, puisque le langage oral et le langage écrit agissent à titre « d’instruments de la pensée et de la communication ».

Toutefois, selon Plane, il importe également de tenir compte des spécificités de l’oral et de ne pas lui attribuer l’ensemble des caractéristiques de l’écrit. Par exemple, la syntaxe utilisée à l’oral diffère de celle à l’écrit. De ce fait, selon l’auteure, il serait illogique d’encourager un oral qui reprend de façon exhaustive les caractéristiques de l’écrit en délaissant celles qui lui sont propres.

L’oral : un outil et un objet d’apprentissage

La communication orale peut être utilisée comme un outil d’apprentissage, dans la mesure où elle devient une façon de préciser et de faire évoluer la pensée de l’apprenant. Les activités d’apprentissage qui mettent de l’avant les interactions entre les pairs utilisent généralement l’oral comme outil d’apprentissage.

L’oral est sollicité en tant qu’outil au service des apprentissages si l’accent est mis sur le contenu disciplinaire en jeu dans ces situations.

En tant qu’objet d’apprentissage, c’est l’oral qui se place au centre de l’activité d’apprentissage. Il peut s’agir d’offrir des rétroactions (conseils, observations, analyses) à un élève sur sa façon de formuler un propos à l’oral, et ce, pour que la compétence de cet élève à communiquer oralement s’améliore.

Le genre : un incontournable pour l’enseignement du français

Pour travailler les compétences langagières à l’oral chez les élèves, on peut entre autres les amener :

    • à raconter ;
    • à lire à voix haute ;
    • à argumenter ;
    • à débattre ;
    • à interagir.

On apprend alors à repérer des failles ou des points forts dans une argumentation, à rester dans le thème, à le resserrer ou l’élargir, à identifier les caractéristiques d’un genre de discours, à adapter son lexique, à se rendre audible…

[Consultez l'article]

 

Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License uoeducation

Dernière modification : 7 septembre 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 3,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)