Quoi de neuf?

Des stratégies pour favoriser la métacognition et la conscience de soi chez les élèves

La recherche montre que les habiletés métacognitives se développent considérablement entre 12 et 15 ans. Comment favoriser le développement de ces habiletés chez les élèves?

strategies-metacognition

Cet article de la psychologue, chercheuse et auteure Marilyn Price-Mitchell porte sur la conscience de soi et la façon dont cette conscience est liée aux habiletés métacognitives.

La conscience de soi, associée au système paralimbique du cerveau, permet à l’individu d’ajuster ses conceptions du monde ; sa conception de soi et des personnes qui l’entourent.

La conscience de soi […] aide les élèves à apprendre plus efficacement en focalisant sur ce qu’ils ont besoin d’apprendre.

Selon l’auteure, il est important de cultiver l’habileté des élèves à réfléchir à leurs stratégies d’apprentissage ainsi qu’à l’efficacité de ces stratégies. Pour ce faire, elle propose 7 stratégies :

1. Enseigner aux élèves que leur cerveau se développe

Les croyances des élèves à l’égard de leurs capacités à apprendre influencent leur motivation et leurs résultats scolaires. C’est pourquoi il importe de leur enseigner que leurs capacités cognitives ne sont pas fixes ; elles évoluent.

L’apport de la psychologie en éducation : 20 principes inspirants

2. Entrainer les élèves à identifier ce qu’ils ne comprennent pas

Le fait de se sentir « perdu » lors d’un apprentissage et d’identifier les problèmes de compréhension est un élément important de la conscience de soi. Questionner les élèves sur les notions qu’ils ont eu plus de mal à comprendre lors d’une leçon leur permettrait de concevoir les difficultés comme partie intégrante du processus d’apprentissage.

3. Réfléchir aux activités d’apprentissages

Amener les élèves à s’interroger sur ce qu’ils savaient de la notion avant le cours et ce qu’ils en savent maintenant, ou encore les amener à expliquer la façon dont leur compréhension d’une notion a évolué, permet aux élèves d’être plus conscients de l’évolution de leurs apprentissages.

4. Tenir un journal personnel d’apprentissage

L’enseignant peut fournir des pistes de réflexion aux élèves pour qu’ils écrivent sur la façon dont ils ont appris (plutôt que sur ce qu’ils ont appris) (ex. : Qu’est-ce que j’ai eu le plus de facilité/difficulté à apprendre cette semaine? Pourquoi? Quelle stratégie a bien fonctionné? Pourquoi?).

5. Intégrer de courtes interventions métacognitives aux activités d’apprentissage

À titre d’exemple d’intervention métacognitive, pendant la lecture d’un texte en groupe, l’enseignant pourrait demander aux élèves d’écrire les trois idées principales qu’ils en retirent.

6. Évaluation : privilégier l’écriture aux questions à choix multiples

Le type d’évaluation influence la façon dont l’élève étudie. En ce sens, un élève qui se prépare à produire un texte à propos des notions vues en classe fera davantage appel à ses habiletés métacognitives que s’il étudie pour mémoriser ces notions afin de répondre à des questions à choix multiples.

Sur écran ou sur papier, les étudiants utilisent des stratégies d’apprentissage inefficaces

7. Solliciter la pensée réflexive

L’enseignant peut encourager les discussions autour d’enjeux de société pour amener les élèves à réfléchir à des questions liées à la politique, la santé, la justice, etc., pour qu’ils apprennent à réfléchir à leur propre façon de réfléchir, ainsi qu’à mettre en perspective leurs réflexions.

[Consultez l'article]

 

Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License Waynewhuang

Dernière modification : 21 août 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

2 commentaires

  1. Par nick levasseur le 27 août 2016 à 8:39

    Connaissez-vous l’ateur Jiddu Krishnamurit qui parle dans son langage à lui de « métacognition »?

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

  2. Merci pour votre suggestion de lecture Monsieur Levasseur!

    Bruno Hubert, chargé de la veille et du RIRE

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)