Quoi de neuf?

Le point sur l’interdisciplinarité à l’école

Il semblerait qu’un fossé se soit créé entre le monde de la recherche et celui de la pratique au sujet de l’interdisciplinarité à l’école. Un professeur de la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke fait le point sur le sujet.

interdisciplinarité

Yves Lenoir, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’intervention éducative, est une référence en matière d’interdisciplinarité. Dans cet article, il explique cette approche et sa raison d’être en éducation, en plus d’aborder les dérives fréquemment observées dans la volonté des enseignants de la mettre en œuvre.

L’éducation : utilitaire ou utile?

Une première mise au point apportée par le professeur de l’Université de Sherbrooke est que l’éducation ne doit pas être utilitaire (c’est-à-dire former les élèves essentiellement en vue de leur intégration sur le marché du travail) ; elle doit être utile.

[L’éducation] doit préparer les futures générations à devenir des êtres humains vivant en société, socialement émancipés, aptes à réfléchir et à porter des regards critiques sur la société, de manière à pouvoir en saisir les caractéristiques, à porter des jugements éclairés et à agir en toute conscience et de manière responsable en pensée et en action sur elle.

L’interdisciplinarité : un moyen, pas une finalité

Le principal objectif de l’interdisciplinarité est l’intégration des savoirs et des processus d’apprentissage, afin que les élèves soient en mesure de les réutiliser dans des situations de la vie courante.

La formation continue d’enseignants du primaire à des pratiques interdisciplinaires

Les spécificités des disciplines scolaires

Lenoir met l’accent sur l’importance de considérer les spécificités des objets d’apprentissage des différentes disciplines pour pouvoir les penser en terme d’interdisciplinarité. Il s’agit, entre autres, de cibler précisément quels objets d’apprentissage pourraient être traités de façon complémentaire, et de réfléchir aux démarches d’apprentissage nécessaires pour que les savoirs soient réellement construits ou transmis (selon la posture épistémologique par laquelle la discipline est abordée).

Selon les propos du professeur, les enseignants tenteraient souvent d’intégrer l’interdisciplinarité en s’appuyant sur un thème à partir duquel ils feraient réaliser aux élèves des activités en français, en arts, en mathématiques, autour de ce thème. Si l’approche par thématique ou encore celle par projet peuvent être des conditions favorisantes à l’interdisciplinarité, elles ne le sont pas nécessairement, notamment lorsque les contenus disciplinaires sont abordés séparément, en traitant d’un même thème, mais sans être réellement complémentaires.

L’apprentissage par projets comme source d’expression

L’addition, l’accumulation et toute autre forme de juxtaposition de disciplines scolaires ou de contenus cognitifs ne font pas de l’interdisciplinarité.

Un exemple d’interdisciplinarité

À titre d’exemple d’activité interdisciplinaire, on pourrait joindre l’apprentissage de la production écrite d’un genre comme le récit historique à celui de la ligne du temps en univers social, en faisant produire ce genre textuel en y intégrant une ligne du temps.

[Consultez l’article]

 

Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License George

Dernière modification : 20 juillet 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)