Quoi de neuf?

La violence à l’école : pistes pour offrir une formation continue de qualité

Plusieurs études réalisées en Amérique et en Europe révèlent que les enseignants se sentent souvent démunis et mal préparés pour enseigner aux élèves qui manifestent des comportements violents et auprès de ceux qui les subissent. Il existe d’ailleurs un écart entre les pratiques jugées probantes pour intervenir auprès de ces élèves et celles utilisées par les enseignants en classe.

violence_formation

par Nancy Gaudreau, Ph. D., professeure-chercheure, faculté des sciences de l’éducation, Université Laval.

En fait, les enseignants disposent de façon générale d’un registre de stratégies de prévention et de gestion des comportements peu étendu. Or, les activités de développement professionnel continu s’avèrent une avenue intéressante pour les soutenir dans le développement de leurs compétences dans ce domaine.

La violence à l’école : formation déficitaire

L’avancement de la recherche portant sur les conditions d’efficacité des activités de formation continue a permis d’identifier certains éléments clés qui soutiennent le développement des compétences du personnel éducatif et d’observer dans retombées concrètes sur la qualité de l’enseignement, voire la réussite des élèves.

Les activités de formation continue doivent être substantielles, répondre aux besoins du personnel éducatif et des élèves, favoriser la mise en pratique en contexte réel ainsi que la réflexion sur les pratiques d’intervention. Pour ce faire, différentes mesures d’accompagnement ou de suivi doivent être prévues.

Pour être jugée efficace, la formation continue doit produire des effets positifs aux quatre niveaux suivants :

Pour y parvenir, il est recommandé de privilégier des activités de formation qui se déroulent sur une période de temps suffisamment longue pour permettre la mise en œuvre de plusieurs dispositifs d’assistance professionnelle ou d’assistance par les pairs.

À cet égard, les activités de formation continue qui prévoient l’accompagnement nécessaire au transfert dans la pratique et des rétroactions fréquentes avec le formateur obtiennent de meilleurs résultats (par l’observation des pratiques en contexte réel par exemple).

Pour plus d’informations, veuillez consulter les actes de colloque de la Chaire de recherche sur la sécurité et la violence en milieu éducatif.

Références

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 4,50 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)