Manipulation rime avec garçon

Alors que la croyance populaire reconnait les filles comme étant les reines de la manipulation à l’école, ayant recours aux rumeurs, à l’exclusion sociale et au rejet des pairs de manière prédominante, une étude américaine révèle que les garçons intimideraient plus fréquemment que les filles.

manipulation

C’est ce qui ressort d’une étude conduite par Pamela Orpinas, professeure de la promotion de la santé et du comportement au College of Public Health. Son équipe de chercheurs a analysé des données recueillies auprès de 620 élèves provenant de différentes écoles en Géorgie.

Tous les ans, entre leur 6e et leur 12e année scolaire, les jeunes participants ont rempli un questionnaire. Les chercheurs de l’University of Georgia (UGA) ont ensuite regrouper les élèves selon différents parcours d’agression sociale et de victimisation.

Intimidation [Dossier thématique]

Des résultats inattendus

Il en ressort que l’agression relationnelle est un comportement très courant. La quasi-totalité des élèves sondés a fait circuler une rumeur ou a fait un commentaire désobligeant à l’égard d’un pair à au moins une occasion au cours des 7 ans qu’aura duré l’étude.

Les expériences de victimisation se sont également avérées universelles. Plus de 90 % des élèves ont rapporté avoir été victimes d’une agression relationnelle au moins une fois.

Le résultat le plus inattendu concerne le genre de l’agresseur : les garçons s’engagent plus fréquemment dans des comportements d’agression relationnelle que leur pendant féminin.

Des programmes inadaptés

Ces résultats pour le moins surprenants ont amené la chercheuse principale de l’étude à se questionner sur les campagnes de sensibilisation mises en place à l’heure actuelle : « Il existe des livres, des sites internet et des conférences visant à diminuer l’agression faite par les filles, en plus de multiples études qualitatives s’intéressant aux comportements manipulateurs observés chez les filles. ».

Il n’y a toutefois pas suffisamment de recherches se penchant sur ces comportements chez les garçons, car il est socialement reconnu qu’ils sont associés aux filles.

Des conditions égalitaires pour empêcher la victimisation en classe

Le message à retenir

Ultimement, les résultats démontrent le besoin d’inclure autant les garçons que les filles dans les campagnes de sensibilisation visant à réduire les comportements agressifs.

Selon Orpinas, il convient de se demander de quelle manière favoriser les interactions positives plutôt que négatives entre les jeunes, précisant que le plus souvent, les jeunes admirés par leurs pairs sont ceux qui sont agréables et positifs envers les autres.

 

[Consulter l’article]

 

Creative Commons Creative Commons Attribution-No Derivative Works 2.0 Generic License Cristian

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)