Les devoirs : dans quelle mesure?

 La relation entre les devoirs et le rendement des élèves étant loin d’être claire, L’évaluation… ça compte! dédie un de ces numéros à ce sujet controversé.

Homework

Ce numéro se penche sur les données obtenues à partir de différentes évaluations à grande échelle au Canada afin d’explorer la relation entre les devoirs et le rendement des élèves. Des données ont été recueillies à différents niveaux scolaires.

« Dans l’ensemble, les résultats présentés appuient la croyance populaire selon laquelle tout est bon avec modération. »

Pour soutenir une réflexion sur les devoirs [Dossier thématique]

Niveau primaire

« Au primaire, plus de temps passé à faire des devoirs ne signifie pas un rendement plus élevé. La plupart des enseignantes et des enseignants de 4e année au Canada donnent de courts devoirs, mais de façon régulière. Cela permet également d’inculquer l’autodiscipline et le sens des responsabilités aux élèves, les préparant pour les années scolaires à venir. »

Niveau intermédiaire

« Au niveau intermédiaire, il semble y avoir certains écarts entre la quantité de devoirs à laquelle s’attend le personnel enseignant et la quantité de devoirs que les élèves font en réalité. Il ressort que le rendement en mathématiques des élèves qui ne font pas du tout de devoir est significativement inférieur à celui des élèves qui en font. » 

Niveau secondaire

« La plupart des élèves du secondaire semblent accorder une quantité de temps limitée aux devoirs (moins d’une heure par jour). Comme pour le niveau intermédiaire, les résultats laissent croire que le rendement de l’investissement est optimal pour les élèves qui passent un certain temps tous les jours à faire des devoirs ayant trait à une matière en équilibrant les multiples exigences qu’ils doivent satisfaire dans les différentes matières. »

Dans l’ensemble, les résultats des évaluations à grande échelle semblent être conformes aux autres travaux de recherche, suggérant que les élèves plus âgés tirent plus d’avantages des devoirs que les élèves plus jeunes.

[Consulter le numéro]

 

Creative Commons Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.0 Generic License Mark

Dernière modification : 1 juin 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)