Le point sur la scolarisation précoce

Bernard Boise, Pédopsychiatre Psychanalyste Chef du service de pédopsychiatrie de l’hôpital Necker-Enfants malades, énonce dans cet article publié dans Le Journal des psychologues les points sur lesquels il estime que la réflexion doit s’engager.

scolarisation_precoce

Le quart des enfants qui entrent à la maternelle sont « vulnérables »

La question de la scolarisation précoce est aujourd’hui importante, car il nous semble que cette pratique serait dangereuse à plus d’un titre si elle devait se voir appliquée de manière obligée et généralisée.

Également Professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université René-Descartes-Paris-V, le Docteur Boise souhaite faire sentir les difficultés inhérentes au concept de scolarisation précoce qui représente selon lui une « fausse bonne idée ».

Plus une société est agitée, moins elle supporte les enfants agités, et plus elle crée, paradoxalement, les conditions mêmes de cette agitation, conditions parmi lesquelles la scolarisation précoce occupe une place de choix.

Maternelle 4 ans [Dossier thématique]

Présentant des arguments développementaux et linguistiques, le Docteur Boise invite à la plus grande prudence face à « ce dispositif d’une scolarisation précoce généralisée des enfants, tout en nuançant que celui-ci peut rendre service dans un certain nombre de situations particulières. »

Selon l’expert, « chaque étape du développement doit être franchie tranquillement afin que les étapes ultérieures se déroulent correctement. »

« Il ne s’agit pas seulement d’un droit des enfants, mais véritablement d’un droit à l’enfance. »

[Consulter l’article]

Dernière modification : 29 juin 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)