Le mentorat pour favoriser la persévérance scolaire des jeunes

Au cours des dix dernières années, le mentorat en milieu scolaire a gagné en popularité. Cette approche offre à des jeunes ciblés l’occasion de vivre une relation à long terme avec un adulte significatif, ce qui peut contribuer à améliorer leur développement, leur fonctionnement et leur persévérance à l’école.

Guide_Photo_Couverture

  Par Amélie Roy et Pierre Potvin

Sur la piste d’une plus grande efficacité

Cet article définit le mentorat en milieu scolaire, décrit ses avantages et les effets qu’il peut avoir sur les jeunes et présente le Guide d’implantation d’un programme de mentorat en milieu scolaire. Ce guide a été élaboré par le CTREQ, en collaboration avec Pierre Potvin (UQTR), pour aider les intervenants des écoles (en particulier primaires et secondaires) à mettre sur pied un programme de mentorat de qualité. Il est basé sur la recherche et les pratiques éprouvées en matière de mentorat.

Une brève définition du mentorat en milieu scolaire

Le mentorat en milieu scolaire consiste, le plus souvent, à jumeler des élèves faiblement motivés ou à risque de décrochage avec un adulte de l’école (ex : enseignant, conseiller ou autre membre du personnel) afin de créer une relation de bienveillance à travers laquelle le mentor apportera aide et soutien à son mentoré. Cette relation s’établit au fil du temps lors d’activités diversifiées (ex : rencontres pour discuter, sorties, etc.).

Les avantages et les effets possibles du mentorat

Le mentorat en milieu scolaire est une initiative peu coûteuse, car souvent bénévole. De plus, cette approche favorise le développement d’un climat de respect et de collaboration au sein de l’école, en plus d’être associée à des effets positifs chez les jeunes. À titre d’exemple, des études (2,4,7) suggèrent que les élèves ayant participé à un programme de mentorat en milieu scolaire ont amélioré :

    • leur rendement scolaire;
    • leur perception de leurs habiletés à l’école;
    • les relations qu’ils entretiennent avec leurs parents et leurs enseignants;
    • leur comportement;
    • leur sentiment d’appartenance;
    • leur taux de présence en classe.

Des recherches démontrent aussi que les programmes de mentorat varient en efficacité selon divers aspects comme la rigueur de leur planification, la nature des activités, les caractéristiques du mentor et du mentoré, les critères utilisés pour former les dyades et la gestion du programme (3). Pour aider les écoles à se doter d’un programme de mentorat efficace, le CTREQ offre le Guide d’implantation d’un programme de mentorat en milieu scolaire.

Les 5 grandes étapes de la démarche du guide

Le Guide d’implantation d’un programme de mentorat en milieu scolaire a été élaboré non seulement à partir de la recherche et des pratiques éprouvées en matière de mentorat, mais également à partir des recommandations issues du projet de mentorat vécu à l’école Cavelier-de LaSalle. Il se traduit par une démarche en 5 étapes qui inclut des conseils pratiques et des outils concrets pour soutenir les intervenants scolaires dans la mise sur pied de leur programme de mentorat.

Les étapes d’implantation d’un programme de mentorat en milieu scolaire

À l’étape de planification, il est suggéré de déterminer des objectifs précis et de prévoir les activités qui seront réalisées, dans la mesure du possible. À cet effet, des études indiquent que des activités diversifiées qui permettent au mentor et au mentoré de discuter et de résoudre des problèmes, mais surtout de s’amuser, facilitent le développement d’une relation de qualité (8). Aussi, la recherche démontre que la durée de la relation et la fréquence des rencontres sont des aspects déterminants du lien de confiance et d’attachement établit entre le mentor et le mentoré (5). Des contacts réguliers qui durent toute l’année scolaire sont donc à privilégier.

Recruter, former et jumeler

Les programmes de mentorat varient en efficacité selon les caractéristiques des mentorés et des mentors et les critères utilisés pour former les dyades. Le guide insiste donc sur l’importance du recrutement des participants au programme de mentorat, de la formation des mentors et du processus de jumelage.

Le tableau interactif qui suit présente quelques constats issus de la recherche qui sont mis en lumière dans le guide et qui peuvent être pris en considération lors de ces étapes.

Conclusion

Enfin, tout programme éducatif se doit de faire l’objet d’un suivi et d’être évalué. Celui de mentorat ne fait pas exception à la règle. Le guide fournit quelques pistes et balises ainsi que des outils concrets pour réaliser le suivi et l’évaluation du programme de mentorat. Parmi les autres outils du guide, on retrouve ceux qui suivent : une synthèse de la démarche d’implantation du programme (avec des conseils pratiques), un tableau de planification, une liste de rôles et responsabilités, un plan de sélection des participants et de jumelage, la fiche de l’élève mentoré et le journal de bord du mentor.

Le guide propose des étapes qui sont jugées essentielles pour implanter un programme de mentorat de qualité, mais également des pistes d’action permettant à l’utilisateur d’aller plus loin. Chaque école est invitée à adapter la démarche selon ses objectifs et ses moyens.

[Consulter le guide]

[Références]

Dernière modification : 16 novembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. […] Cliquez ici. […]

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)