SMS décryptés

Josie Bernicot, professeure à l’université de Poitiers, pour le Centre Henri Aigueperse, a dirigé une recherche présentée en deux chapitres :

Texting Congress 1 by afagen, on Flickr

1. SMS et orthographe traditionnelle

Le premier chapitre concerne les SMS et l’orthographe chez des collégiens de 11-12 ans, analysant un corpus de 5 000 SMS produits dans la vie quotidienne.  « Les élèves forts ou faibles en écrit traditionnel au début de l’expérimentation restent au même niveau pendant un an quelle que soit leur pratique des SMS. »

2. Âge, genre et pratiques des SMS

La deuxième partie de l’étude concerne le rôle de l’âge, de l’expertise et du genre sur la longueur, la structure et la fonction sociale des SMS et se base sur un corpus de 1131 SMS produits en situation naturelle par 115 adolescents francophones âgés de 13 à 18 ans (issus du corpus smspourlascience de Fairon, Klein & Paumier, 2006).

    • « Concernant la longueur, les observations du rapport indiquent que la supériorité des filles sur les garçons se remarque surtout à 15-16 ans et uniquement chez ceux qui ont une pratique ancienne et régulière.
    • 75 % des messages produits n’ont pas la forme classique (absence d’ouverture et de clôture).
    • La proportion des messages ayant une dimension relationnelle s’avère également supérieure à celle des messages comportant une fonction informationnelle uniquement pour les adolescents âgés de 15-16 ans. »

SMS et pédagogie

En accord avec les avancées théoriques et les données les plus récentes, le rapport définit les SMS comme un « nouveau registre de la langue écrite » :

Aucune étude n’a démontré de lien négatif entre la pratique des SMS et la maîtrise de l’écrit traditionnel.

Les implications pédagogiques de ces résultats sont discutées en allant dans le sens d’une complémentarité entre écrit traditionnel et écrit SMS.

L’étude préconise ainsi l’apprentissage des variations des formes de la langue écrite en fonction des situations de communication, sans ignorer l’importance de l’acquisition de la langue écrite « traditionnelle » pour l’apprentissage des connaissances au sein des établissements scolaires.

 

Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 2.0 Generic License afagen

Dernière modification : 1 juin 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)