Classe inversée: retour d’une expérimentation

Le modèle pédagogique consistant à inverser et à adapter les activités d’apprentissage traditionnellement proposées aux étudiants en utilisant en alternance la formation à distance et la formation en classe est fort populaire actuellement dans le monde de la pédagogie, quoique peu documenté. Deux professeurs de l’Université de Sherbrooke partagent leur expérimentation du processus.

classe_inversee

Comme expliquer dans cet article, Isabelle Nizet et Florian Meyer, professeurs à la Faculté d’éducation, ont testé eux-mêmes cette méthode pédagogique dans le cadre d’un cours d’évaluation du baccalauréat en enseignement au secondaire.

Durant trois semaines, les étudiantes et étudiants d’Isabelle Nizet ont visionné à la maison 16 courtes capsules multimédias portant sur des concepts théoriques précis. Ils ont ensuite profité du temps de classe pour s’engager dans diverses activités d’apprentissage mobilisant ces concepts et pour discuter avec leurs pairs.

Faire la classe à l’endroit ou à l’envers?

Des leçons pour les étudiants

Isabelle Nizet note que l’intérêt de ses élèves s’est déplacé de « ce que je vais gagner avec des points » à « voilà ce que j’ai gagné dans mon processus d’apprentissage ».

Tout compte fait, il ressort de cette expérimentation que même si la grande majorité des étudiantes et étudiants ont apprécié l’expérience, les commentaires reçus sont plutôt polarisés : on adore ou on déteste la classe inversée.

Des leçons pour le professeur

Quant à Isabelle Nizet, elle a trouvé l’expérience très stimulante :

Constater les apprentissages en direct, c’est très, très intéressant. Avant, je ne pouvais pas toujours vérifier directement si les étudiants avaient vraiment saisi ou non la matière.

Pas une « recette » universelle à appliquer

L’analyse de leur expérience avec la classe inversée amène les professeurs Nizet et Meyer à poser un regard nuancé sur cette manière d’enseigner. Le message qu’ils souhaitent passer aux enseignants est que la classe inversée n’est pas une « recette » universelle à appliquer.

Comme pour toute activité pédagogique, son succès repose sur les questions d’intérêt pédagogique qui doivent guider sa mise en oeuvre :

  • Quel est le besoin auquel on veut répondre?
  • Quelles sont les cibles d’apprentissage?
  • Comment nos étudiants apprennent-ils?
  • Comment les aider dans cette démarche à l’aide d’outils technologiques?
  • Est-ce que les stratégies et méthodes mises en place permettent de répondre aux objectifs pédagogiques?

[Consulter l'article]

 

Creative Commons Attribution 2.0 Generic License http

Dernière modification : 8 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)