L’attachement sécurisant : une base pour l’avenir

Rédigé par Sophie Moullin, Jane Waldfogel et Elizabeth Washbrook, ce rapport montre qu’un attachement sécurisant dans les trois premières années de vie sert de « base de sécurité » pour le développement ultérieur de l’enfant, lui permettant une participation sociale optimale.

holding hands by aarongilson, on Flickr

L’attachement sécurisant s’obtient grâce à la chaleur et à la sensibilité , ce que les parents en situation économique et émotionnelle précaire peuvent avoir de la difficulté à fournir.

Résultats

  • « Le lien que l’enfant développe avec ses parents en bas âge est essentiel à son épanouissement.
  • Un enfant sans lien parental sécurisant est plus susceptible de présenter des troubles de comportement et de littératie.
  • Les garçons qui grandissent dans la pauvreté sont deux fois et demie moins susceptibles d’afficher des problèmes de comportement à l’école s’ils ont un attachement sécurisant avec leurs parents dans leurs premières années de vie.
  • Beaucoup d’enfants n’ont pas d’attachement sécurisant. Environ 1 enfant sur 4 évite ses parents quand il est en colère, parce que ceux-ci ignorent ses besoins.
  • Le plus grand prédicteur d’attachement insécurisant pour un enfant est que ses parents ne soient pas attachés de façon sécurisante eux-mêmes. »

[Consulter le rapport]

Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.0 Generic License aaron

Dernière modification : 24 novembre 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)