Quoi de neuf?

La démarche scientifique vaut mieux que l’expérimentation ponctuelle

Plusieurs personnes croient que c’est grâce à l’expérience directe – l’approche « hands on »  qu’il est possible d’intéresser les jeunes aux domaines scientifiques. Cette approche n’est cependant pas la plus indiquée selon deux spécialistes de la didactique des sciences.

science_kids by automationtx, on Flickr Abdelkrim Hasni, professeur à la Faculté d’éducation et titulaire de la Chaire de recherche sur l’intérêt des jeunes à l’égard des sciences et de la technologie (CRIJEST), et son collègue Patrice Potvin, de l’UQAM, mènent différentes recherches sur les facteurs et les pratiques gagnantes qui contribuent à renforcer l’intérêt des élèves vers le domaine des sciences et technologie.

L’appel de la démarche scientifique

Tel que mentionné dans cet article, leur analyse de 128 recherches publiées dans le monde et leur propre enquête menée auprès de 1 777 élèves québécois révèle le faible impact des expériences de type hands on. En effet, il semble y avoir peu de différence entre l’élève qui réalise une expérience et le fait de voir l’enseignant réaliser la même expérience devant la classe.

Ce qui semble avoir un effet très fort sur l’intérêt des jeunes, c’est lorsqu’ils s’engagent dans toute la dimension intellectuelle de la démarche scientifique, dont l’élaboration du problème de recherche et du protocole, le choix du matériel et la formulation des hypothèses.

Quoi qu’il en soit, les interventions pédagogiques sont fondamentales. Selon Hasni, les élèves sont peu enclins à développer l’intérêt pour la science quand la pédagogie se limite à faire des exercices, à lire des manuels ou à entendre l’enseignant donner un cours magistral.

Afin de joindre chercheurs et praticiens, la CRIJEST s’est associée à une communauté de pratique qui comprend une cinquantaine d’enseignants et de conseillers pédagogiques en vue d’expérimenter sur le terrain des approches innovantes ou qui ont fait leur preuve en enseignement des sciences et technologie.

[Consulter l'article]

Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic License automationtx

Dernière modification : 8 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)