Déficit d’attention: gare aux faux diagnostics

Dans un article du Soleil sont rapportés les propos du neuropsychologue Benoît Hammarrenger qui s’inquiète des conséquences possiblement dramatiques pour les enfants qui se font trop souvent prescrire du Ritalin alors qu’ils ne sont pas atteints d’un trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

tdah
Le Dr Hammarrenger, qui dirige la Clinique d’évaluation et de réadaptation cognitive située à Laval, dénonce cette situation présente au Québec et ailleurs où ce sont les médecins et les psychologues scolaires qui identifient le plus souvent les enfants souffrant d’un TDAH étant donné les temps d’attente pouvant aller jusqu’à deux ans pour rencontrer un neuropsychologue:

Un pédiatre peut voir un enfant dans son bureau pendant 15 minutes, une demi-heure s’il est consciencieux, avant d’émettre un diagnostic. En neuropsychologie, l’évaluation est basée sur une journée complète.

Tel que lu dans l’article, le Dr Hammarrenger estime que le tiers des enfants qu’on lui envoie pour un déficit d’attention éprouvent en réalité d’autres types de problème, tels que de la dyslexie, de l’anxiété ou même une intelligence supérieure à la moyenne ou de l’asthme. La prise de Ritalin ou d’autres médicaments de ce type peut être très dommageable s’ils ne sont pas requis.

[À l’école du TDAH : une exploration des stratégies efficaces]

Le nombre d’ordonnances ayant quadruplé depuis les dernières années, M. Hammarrenger tient à rappeler qu’il faut être prudent avant de recourir à la médication à la suite d’un diagnostic de TDAH.

[Consulter l’article]

Dernière modification : 6 juillet 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 3,50 sur 5)

Un commentaire

  1. Par Lambros STAVROU le 5 août 2015 à 6:35

    Félicitations! Excellent article sur la hyper- médicaltion et médicalisation des troubles d’apprentissage,en particulier sur le TDAH. Il s’agit d’un courant- conception pseudo- scientifique,intentionnellement provoqué en partie,qui prend des dimensions dangereuses même pour la santé psychique de l’enfant au monde occidental.Lambros STAVROU,prof.de psychopathologie clinique,Laboratoire d’Education Spéciale et Curative-LAB.E.SPE.C.- Université de Ioannina,Grèce,tél.portable:0030 69 44 25 20 55

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)