Le processus d’évaluation d’un projet d’intervention en milieu familial

« L’échec scolaire est une problématique qui préoccupe autant les acteurs scolaires que la société en général. Malgré tous les efforts investis pour améliorer la situation, le taux de décrochage et d’échec scolaire demeure assez élevé, notamment chez les enfants des milieux défavorisés. »

De nombreux projets ont été implantés au Québec pour réduire le décrochage et prévenir l’échec scolaire, dont « Réussite Scolaire » qui s’inscrit dans le Plan d’action gouvernemental en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale exposé par le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS). Il est réalisé par deux organismes communautaires, Action Secours Vie d’Espoir, qui prend en charge un volet sur l’alimentation et « Je Réussis », un volet consistant en des interventions auprès des enfants et des parents (suivis familiaux) dans le but de favoriser la réussite scolaire.

Le projet « Réussite scolaire »

Les chercheurs Serge J. Larivée de l’Université de Montréal et Bernard Terrisse de l’Université du Québec à Montréal notent cependant que « les effets réels de tels services d’aide ne sont pas connus étant donné qu’aucun d’entre eux n’a été évalué. » Pour remédier à cette situation, les deux professeurs ont conduit une recherche qui consistait à évaluer le volet « Je Réussis » en analysant deux aspects :

« – Les outils et les stratégies d’intervention auprès des parents et des enfants et leur adéquation avec les objectifs du projet;
– Les effets de l’intervention sur les différents acteurs (les parents, les enfants et les intervenants). »

« Étant donné l’impossibilité d’observer de façon directe les effets de l’intervention et de recueillir des informations sur les suivis, les chercheurs ont choisi d’évaluer les effets de façon indirecte à partir des perceptions des participants. » La démarche et les résultats de l’évaluation du projet de suivi familial sont présentés dans cet article.

Les résultats de l’évaluation

Les résultats présentés dans l’article portent sur l’analyse des données issues de trois instruments: la «Grille d’analyse du projet», le questionnaire d’enquête et les entrevues de groupe ou individuels. Les questionnaires et les entrevues portent particulièrement sur quatre dimensions: les effets sur les enfants, les effets sur les parents, l’évaluation du programme ainsi que les modalités de collaboration et de participation.

Les perceptions des diverses catégories de participants à l’évaluation des suivis familiaux du projet « Je Réussis » montrent dans l’ensemble des aspects très positifs. La satisfaction des parents est évidente; le programme semble correspondre à de réels besoins.

Quelques recommandations

Larrivée et Terrisse sont d’avis que la poursuite des activités du programme auprès des familles apparaît, dès lors, pertinente et justifiée, bien que les chercheurs suggèrent quelques pistes d’amélioration :

« Le programme devrait toutefois être complété par des objectifs et des activités visant l’ensemble de l’écosystème de l’enfant (école, réseaux sociaux, etc.) afin de construire une véritable communauté éducative pour favoriser sa réussite. Enfin, le programme demanderait, à ce stade, un effort de systématisation dans le choix des objectifs, des stratégies d’intervention, des objets et méthodes d’évaluation ainsi que dans la collaboration avec l’école et la communauté. »

[Consultez l’article]

 

Creative Commons Attribution-Noncommercial 2.0 Generic License by Robert Crum

Dernière modification : 2 juin 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)