Quoi de neuf?

Erreurs grammaticales : le cerveau les détecte à notre insu

cerveau

« Je ne sais pas ce qui ne fonctionne pas dans cette phrase, mais ce n’est pas beau ». Combien de fois avons-nous entendu cela ou avons nous-mêmes pensé ainsi? Le jugement du locuteur natif est incontestable; il sait dire si une phrase est agrammaticale, mais souvent, il ignore pour quelle raison. On rattache ce phénomène à une théorie qui circule depuis fort longtemps : côté grammaire, le cerveau fonctionne sur le pilote automatique.

Des chercheurs de l’Université d’Oregon se sont penchés sur la question et ont réussi à prouver que le cerveau sait effectivement juger de l’agrammaticalité d’une phrase sans que l’on en soit conscient. Ces neuroscientifiques ont démontré que l’homme détecte et analyse des méprises grammaticales sans même s’en rendre compte.

Dans le cadre de leur étude, l’activité cérébrale de sujets de langue maternelle anglaise a été enregistrée de façon à capturer des changements dans l’activité électrique du cerveau pendant la présentation de courtes phrases dévoilées un mot à la fois. Certaines d’entre elles étaient erronées, d’autres correctes, et les participants devaient les identifier comme telles. Un timbre sonore était également entendu à un certain moment dans la phrase, avant ou après la méprise syntaxique, ainsi que dans les phrases grammaticales. Les participants devaient identifier aussi rapidement que possible l’intensité de la tonalité.

Les violations grammaticales leur étaient donc entièrement visibles, mais cette tâche connexe sur le stimulus auditif mobilisait leur attention. Ainsi, lorsque le son était joué immédiatement avant la méprise grammaticale, les participants étaient plus susceptibles d’évaluer la phrase comme étant correcte même si ce n’était pas le cas.

Allen Institute for Brain Science by Lavender Dreamer, on Flickr

Cependant, le cerveau, lui, générait une réponse reconnue des neuroscientifiques comme étant un « message d’erreur ». Ainsi, même si on ne remarque pas une construction syntaxique erronée, le cerveau la reconnaît et y réagit. Ce mécanisme cérébral traite l’information syntaxique inconsciemment et s’assure ainsi de notre compréhension. Ce processus implicite joue un rôle important dans le traitement de la syntaxe, la composante de base de toute langue.

Cette équipe de recherche recommande de prendre en considération leurs résultats dans l’établissement de nouvelles stratégies d’enseignement des langues secondes.

[Consulter l’article]

Creative Commons Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 2.0 Generic License   by  EUSKALANATO 

 

Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic License by Lavender Dreamer

Dernière modification : 18 juillet 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

3 commentaires

  1. [...] < nathcouz Erreurs grammaticales : le cerveau les détecte à notre insu « Je ne sais pas ce qui ne fonctionne pas dans cette phrase, mais ce n’est pas beau ». Combien [...]

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

  2. [...] « Je ne sais pas ce qui ne fonctionne pas dans cette phrase, mais ce n’est pas beau ». Combien de fois avons-nous entendu cela ou avons nous-mêmes pensé ainsi? Le jugement du locuteur natif est incontestable; il sait dire si une phrase est agrammaticale, mais souvent, il ignore pour quelle raison. On rattache ce phénomène à une théorie qui circule depuis fort longtemps : côté grammaire, le cerveau fonctionne sur le pilote automatique.  [...]

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

  3. [...] Erreurs grammaticales : le cerveau les détecte à notre insu [...]

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)

Design adaptatif : Les Dompteurs de souris   | Conception du site : iXmedia   |  Icônes : Komodo Media   |  Google+