L’intimidation plus probable lorsque les jeunes sont populaires

Lost by JLM Photography., on FlickrTexte traduit et adapté de Bullying More Likely When Kids Considered ‘Cool’ publié par  sur le site Medical News Today

 

Selon une nouvelle étude menée par des psychologues de l’UCLA, l’intimidation, que ce soit une agression physique ou la circulation de rumeurs, renforcerait le statut social et la popularité des élèves au primaire. En d’autres mots, les élèves considérés comme « cool » exerceraient davantage des formes d’intimidation.

Cette chaire de recherche a étudié 1 895 élèves de diverses origines ethniques dans 11 écoles primaires à Los Angeles aux États-Unis. Les résultats obtenus indiquent que les agressions physiques et la propagation de rumeurs sont récompensées par les autres élèves. Selon l’auteure principale de l’étude, Jaana Juvonen, « […] ceux qui infligent le plus d’intimidation sont aussi ceux qui sont perçus comme étant les plus « cools ». De plus, l’intimidation, physique ou verbale, se ferait de la même manière autant par les garçons que par les filles. ».

Des études précédentes menées par Madame Juvoven démontrent que près de trois adolescents sur quatre disent avoir été victimes d’intimidation en ligne au moins une fois au cours de la dernière année, et seulement un sur dix a rapporté cette cyberintimidation. L’étude stipule que les programmes de lutte contre l’intimidation doivent être complexes et subtils pour atteindre leurs objectifs. Un simple message tel que « l’intimidation n’est pas tolérée » n’est pas efficace, d’autant plus si cette problématique est intimement corrélé au statut social et au respect des autres élèves.

Les victimes d’intimidation sont susceptibles de se sentir déprimées, seules et malheureuses, ce qui à son tour les rend plus vulnérables à d’autres incidents d’intimidation.

Les programmes de lutte contre l’intimidation efficaces doivent se concentrer sur les spectateurs, car ils jouent un rôle essentiel et peuvent décourager l’intimidation. Madame Juvoven conseille aux parents de discuter avec leurs enfants de l’intimidation avant qu’elle ne se produise, de porter attention aux changements de comportement de leurs enfants et de prendre au sérieux leurs préoccupations.

Consulter l’article

Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.0 Generic LicenseJLM Photography

Dernière modification : 18 mars 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)