Enseigner : un travail d’équipe !

téléchargement (15)Le Service de soutien à la formation (SSF) de l’Université de Sherbrooke propose un article sur le « Team teaching » afin de démystifier cette méthode de travail d’équipe. Bien que cette méthode ne demande beaucoup plus de temps en termes de préparation pour les cours à donner, il semble que certaines disciplines gagneraient à être enseignées grâce à la collaboration de deux enseignants. L’article du SSF présente un aperçu de la méthode ainsi que quelques conseils pour rendre le « Team teaching » efficace. Le mot d’ordre : la planification.

 

 

 

Enseigner à deux… comment ?

Cette méthode d’enseignement est généralement utilisée dans un contexte où la discipline enseignée nécessite l’expertise de deux spécialistes œuvrant chacun dans un domaine distinct. Une équipe d’enseignant doit donc s’assurer de l’intégration des deux champs d’expertise à travers les activités d’apprentissage du cours.

L’article du SSF présente aux enseignants une liste de questions afin d’orienter leur réflexion dans la planification du cours. Par exemple, il faut bien délimiter les savoir-faire, les savoirs et les savoir-être à développer pour l’une et l’autre des disciplines du cours. Il importe ensuite de se demander quelle est la meilleure façon de créer une séquence d’apprentissage pour favoriser l’intégration des compétences du cours. Bien sûr, toutes les composantes du cours (activités, matériel, évaluations, stratégies pédagogiques, etc.) doivent faire l’objet d’un questionnement.

Et la gestion de classe ?

Lorsque deux enseignants se partagent une classe, il faut être doublement vigilant en ce qui concerne la gestion de classe. L’article offre quelques conseils pour faciliter cet aspect de l’expérience :

  • évitez de créer un climat de compétition aux yeux des étudiants ;
  • montrez l’exemple aux étudiants dans vos comportements entre enseignants
  • expliquez bien les raisons qui motivent le choix d’un enseignement à deux ;
  • délimitez les expertises de chacun pour que les étudiants puissent savoir à qui adresser leurs questions ;
  • identifiez l’enseignant qui évaluera chaque épreuve et expliquez ces évaluations.

Les intéressés pourront trouver davantage d’informations sur le site internet du SSF ainsi qu’en consultant les sources qui se trouvent en fin d’article.

[Consulter l’article]

Dernière modification : 12 août 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 3,50 sur 5)

Un commentaire

  1. Par Antoine Baby le 15 janvier 2013 à 15:02

    Fort intéressant. le «team teaching» a connu une certaine popularité au Québec dans les années 70. Mais il faut aller plus loin. Il faudrait se donner comme idéal qu’un ou une enseignante ne soit, de toute manière, jamais seule en classe. J’allais ajouter : Comme en Finlande ! Mais on pourrait aussi s’en remettre à l’expérience des CFER québécois, celle de la «tâche globale». Cette approche qui fait qu’il se trouve toujours deux et même trois adultes en classe, est beaucoup plus qu’une question pédagogique; c’est aussi une question de politique, de gestion et de répartition de ressources humaines : moins de fonctionnaires, plus de ressources en classe. Elle comporte de multiples avantages, notamment celle de pouvoir «coacher» les plus rapides à qui on demande d’aider les plus lents dans une classe hétérogène, de régler les problèmes de comportement sans distraire le reste de la classe, etc.

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)