Un programme d’intervention à l’école serait bénéfique pour la santé mentale des jeunes

téléchargement (1)Texte traduit et adapté de School-based mental health support results in positive outcomes for children, publié sur le site de University College of London le 27 mars 2012

Au Royaume-Uni, un enfant sur dix pourrait recevoir le diagnostic d’un problème de santé mentale. Un groupe de chercheurs de l’Université de Londres s’est intéressé au sujet en affirmant que la clé du problème serait d’intervenir le plus tôt possible. Ils proposent donc de travailler dès le primaire avec les enfants qui développent ou sont à risque de développer des troubles de santé mentale afin de minimiser les ravages de ces troubles sur les enfants.

L’étude

Pendant trois ans, les chercheurs ont observé et analysé les progrès de 18 235 enfants dans 526 écoles anglaises. Les données recueillies ont permis de constater que l’implantation de services en santé mentale dans le cadre du programme Targeted Mental Health in Schools (TaMHS) était bénéfique. En effet, la présence de ce service à l’intérieur des écoles semblent permettre aux enfants de consulter d’eux-mêmes plus facilement. Ce programme poursuit pour objectif d’aider les écoles à offrir des services pour les enfants à risque de développer des troubles de santé mentale. Ces services offrent des interventions s’adressant aux individus, aux groupes ou encore à toute l’école.

Les constats

Les chercheurs ont constaté que les enfants avaient tendance à aller d’eux-mêmes chercher de l’aide lorsque des services étaient disponibles dans leur école. De plus, la recherche a également démontré l’efficacité de plusieurs facteurs :

  • des outils créés pour améliorer la communication entre les professionnels de la santé et de l’éducation
  • de bonnes relations entre les écoles et les spécialistes en santé mentale chez les jeunes
  • la diffusion d’information au sujet des maladies mentales aux enfants

Tous ces éléments ont contribué à améliorer le contrôle des agressions et de la colère plus tard dans les écoles secondaires. Installer des services dès le primaire a pour résultat d’aider les écoles à réduire les problèmes de comportement.

[Consulter l’article]

Dernière modification : 9 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 4,50 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)