Un pacte social pour l’éducation : l’engagement d’une communauté pour la réussite de ses jeunes

images (19)Pour son premier dossier de l’année 2012, le RIRE vous présente une recherche-action qui a été mise en œuvre au Bas-Saint-Laurent dans le secteur de La Mitis. Ce projet mené par Jean Bernatchez (Université du Québec à Rimouski) avait pour objectif d’accroitre la persévérance et la réussite scolaire des jeunes de l’école secondaire Le Mistral à Mont-Joli.

Dans l’article qui suit, le chercheur expose les principales retombées de cette recherche-action inspirante dans laquelle s’est engagée la communauté de La Mitis autour d’un pacte social.

Le Pacte social pour l’éducation dans La Mitis

par Jean Bernatchez, professeur-chercheur en administration et politiques scolaires à l’Université du Québec à Rimouski

La région de La Mitis au Bas-St-Laurent connait des difficultés nombreuses, entre autres en ce qui a trait à la persévérance et à la réussite scolaires. Un Pacte social pour l’éducation est instauré en 2008, visant à mobiliser la communauté mitissienne autour de ces objectifs. La recherche-action que j’ai menée dans ce contexte a permis de dresser l’état de la situation, de faire des recommandations et d’accompagner les acteurs dans la mise en œuvre d’une stratégie intégrée. Une recherche-action permet de transformer le réel, mais aussi de produire des connaissances concernant ces transformations.

Le contexte et la méthode

La Mitis regroupe 20 000 personnes réparties sur trois territoires: le littoral est la portion de 40 kilomètres qui longe le fleuve, les terres regroupent des villages à vocation agricole et le haut-pays est tissé d’une population qui vit de foresterie. Alors que la population du littoral est plutôt prospère, celle des terres habite de petites municipalités dévitalisées et la population du haut-pays est lourdement touchée par la crise forestière. Plus on s’éloigne du littoral vers l’est, plus les taux de sortie sans diplôme tendent à augmenter, atteignant même dans certaines municipalités 75%, chez les garçons.

L’école Le Mistral de Mont-Joli est la principale école secondaire de la région. Elle accueille 875 élèves de la première à la cinquième secondaire. Elle connaît des problèmes importants: haut taux de décrochage, forte mobilité du personnel enseignant, mauvais climat dans l’école, démotivation des jeunes et du personnel, mauvaise réputation dans le milieu. La Commission scolaire des Phares m’invite à l’accompagner dans sa démarche visant à améliorer la situation dans La Mitis sur le plan de la réussite scolaire.

Cet accompagnement prend la forme d’une recherche-action réalisée de juin 2008 à décembre 2009. Elle prévoit un volet externe dans la région et un volet interne à l’école. La récolte des matériaux repose sur quatre stratégies: (1) l’analyse documentaire permet de documenter les thèmes liés aux phénomènes observés; (2) l’analyse statistique vise à situer la région et l’école par rapport à d’autres régions et à d’autres écoles, considérant des indicateurs variés; (3) l’enquête se traduit par des entrevues semi-dirigées avec des membres de l’équipe-école (n = 35), des parents (n = 20), des personnalités régionales (n = 10) et un groupe de discussion avec des élèves (n = 12), auxquels s’ajoutent une dizaine de courriels et d’appels téléphoniques de parents, ainsi que des commentaires inscrits sur le site Web permettant de commenter la démarche (514 visites); (4) l’observation implique ma présence à l’école et dans la région au rythme habituel d’une journée par semaine lors de l’année scolaire 2008-2009.
En outre, j’ai rencontré collectivement tous les membres de l’équipe-école à trois reprises, les parents et les membres du conseil d’établissement à quelques occasions. J’ai participé à une dizaine de rencontres avec des personnalités socioéconomiques et la direction de l’école. Je rendais compte de la démarche chaque mois au conseil des commissaires, qui a voté une journée pédagogique spéciale afin de permettre à l’équipe-école de s’approprier l’état de situation et de proposer des solutions.

Les grands enjeux

L’école Le Mistral fait face à des problèmes qui s’inscrivent dans le contexte d’enjeux qui sortent souvent du cadre scolaire. Six grands enjeux sont repérés. Les trois premiers sont liés à l’environnement externe et les trois autres, à l’environnement interne.

[Lire l’article intégral]

D’autres articles et projets pour la persévérance scolaire

Les relations école-famille-communauté au cœur des apprentissages et du développement des jeunes (RIRE, 2011)

Article de Rollande Deslandes, chercheuse spécialiste de la question des relations entre l’école, la famille et la communauté, et a participé activement à la création et au développement du répertoire depuis ses tout premiers débuts. La chercheuse est aussi l’auteure du document Les conditions essentielles à la réussite des partenariats école-famille-communauté [PDF] qui a pour objectif de guider les acteurs dans la réalisation de tels projets.

[Lire l’article]

Répertoire de projets visant la persévérance scolaire (FCSQ, 2009)

Il s’agit d’un répertoire de projets visant la persévérance scolaire, colligé par la Fédération des commissions scolaires du Québec et présenté sous forme de fiches.

[Télécharger le document (PDF)]

Des écoliers qui s’activent chaque matin avant la classe (Université de Sherbrooke, 2011)

« L’activité physique compte parmi les éléments qui ont une influence positive sur la réussite éducative des enfants. Des enseignants de l’école primaire l’Écollectif de Sherbrooke ont demandé l’aide de la Faculté d’éducation physique et sportive (FEPS) afin de mettre en place un programme offrant 20 minutes d’activité physique, chaque matin, avant le début des classes. »

[Visionner le reportage (YouTube)]

 

Dernière modification : 25 novembre 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Un commentaire

  1. Par Un pacte social pour l’éducation : l’engagement d’une communauté pour la réussite de ses jeunes — RIRE | L'actualité pédagogique et du monde de la formation | Scoop.it le 9 janvier 2012 à 7:38

    […] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } rire.ctreq.qc.ca (via @FormaVox) – Today, 7:38 […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)