De bonnes relations entre les enseignants et les élèves contribuent à garder les jeunes loin de l’agressivité

images (12)Texte traduit et adapté du texte Good student-teacher relations can help protect kids subject to aggression : study publié sur le site de Global Montreal le 26 octobre 2011

Une étude canadienne suggère que les bonnes relations entre les enseignants et les élèves seraient bénéfiques au delà du cadre de la classe. En effet, il semblerait que les liens positifs protègeraient les jeunes de leur propre agressivité et de celle des autres.

La recherche

L’étude dirigée par Mara Brendgen, professeure à l’Université du Québec à Montréal, implique la collaboration de plusieurs autres institutions : l’Université Laval, l’Université de Montréal, l’Université d’Alabama et l’Université de Dublin. Plusieurs chercheurs se sont penchés sur la question afin d’explorer la source de l’agressivité chez les enfants et le rôle de la génétique et des interactions sociales dans leur environnement quotidien.

Une relation positive avec l’enseignant peut diminuer le risque que l’élève développe des comportements agressifs en réduisant l’expression de ses prédispositions génétiques.

Les relations qu’un jeune entretien avec ses camarades de classe et son enseignant sont la clé de son développement social. Certains conflits ou relations négatives peuvent avoir un impact important comme l’apparition ou l’aggravation de l’agressivité chez l’élève.

Les chercheurs ont observé des élèves de première année du primaire. Les enfants sélectionnés étaient des jumeaux faisant partie de deux classes différentes. Les autres élèves devaient évaluer le niveau d’agressivité chez les jumeaux. Les enseignants, quant à eux, évaluaient la qualité de la relation des enfants sélectionnés avec les autres élèves. L’étude s’intéressait donc au facteur génétique dans le développement des comportements agressifs.

Les résultats

L’étude a permis, malgré certaines limites, d’affirmer que même si la génétique de l’enfant le prédispose à développer des comportements agressifs ou à être la victime de ses pairs, une relation positive avec son enseignant peut diminuer ce risque en réduisant l’expression de ses prédispositions génétiques. Les résultats permettent également de dire qu’il est très important d’enseigner l’interaction sociale en valorisant les relations positives. Cette mesure ne devrait pas être prise uniquement dans le cas d’enfants dits à risque, mais bien pour tous les jeunes, et ce, dès leur plus jeune âge.

[Consulter l’article]

Dernière modification : 7 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

2 commentaires

  1. […] De bonnes relations entre les enseignants et les élèves contribuent à garder les jeunes loin de l… […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)