Le travail des parents a une influence sur la réussite scolaire des enfants

La sphère du travail occupe de plus en plus de place dans la vie des Québécois. Les autres sphères du quotidien s’articulent souvent en fonction de l’emploi occupé par les parents d’une famille. Des chercheurs de l’Université Laval et de l’Université de Montréal se sont intéressés à l’impact de l’emploi des parents sur la réussite scolaire des enfants dans le cadre d’une étude imposante.

2423170240_204795f8f6_nLa recherche

L’étude a été menée auprès de quelque 3000 élèves du primaire. Le parent qui connaissait le plus l’enfant était interrogé sur les habitudes familiales en lien avec le travail des parents et les résultats scolaires des enfants. Dans 80% des cas, la mère a répondu aux questions des chercheurs.

Lorsque le parent vit beaucoup de stress […] il est moins patient et donc ses interactions avec ses enfants en souffrent.

Un constat étonnant

Les résultats de l’étude ont permis d’observer certains faits surprenants. Par exemple, il se trouve que la moyenne scolaire des enfants ayant une mère qui travaille est supérieure à ceux dont la mère est à la maison. Bien qu’on ait tendance à penser le contraire, le fait que la mère occupe un emploi serait bénéfique pour le cheminement scolaire des jeunes. Autre surprise, on remarque que les enfants dont la mère travaille plus de 40 heures par semaine sont moins susceptibles d’avoir des troubles de comportements. Le fait que les parents travaillent n’aurait donc pas un impact négatif sur le développement des enfants.

Les chercheurs ont émis certaines hypothèses permettant de justifier cet effet bénéfique du travail des parents sur le succès scolaire des enfants. Ils avancent, entre autres, que la mère qui travaille n’a d’autre choix que d’organiser son horaire de manière plus rigoureuse et de trouver des stratégies afin d’assurer le bon fonctionnement de la routine familiale.

La stabilité de l’horaire pourrait également faire partie de la solution pour améliorer les résultats scolaires des jeunes. Une partie de l’étude portait sur l’observation de 30 mères de famille qui travaillaient dans un centre d’appel dont les horaires étaient divulgués deux jours avant le début de la semaine. Comme les quarts de travail variaient de semaine en semaine, l’horaire des enfants était également variable, ce qui les amenait parfois sous la supervision de quatre à huit personnes différentes.

Les conditions de travail des parents ont aussi un impact sur le cheminement des enfants. Les chercheurs ont mené une enquête téléphonique auprès de 1002 familles du Québec. Il se trouve que les employés ramènent ce qu’ils vivent au travail jusque chez eux. Lorsque le parent vit beaucoup de stress, qu’il travaille dans un environnement bruyant ou ressent de la fatigue physique, il est moins patient et donc ses interactions avec ses enfants en souffrent. L’enquête a démontré que les enfants ayant des difficultés à l’école sont deux fois plus susceptibles d’avoir un parent épuisé au travail.

L’objectif des chercheurs n’est pas de culpabiliser les parents, mais bien de sensibiliser les employeurs et l’État à la situation des employés ayant des obligations parentales.

[Lire l’article de La Presse]

Creative Commons Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.0 Generic License   by  Phil Dowsing Creative 

Dernière modification : 6 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

2 commentaires

  1. Par TOHOURI OSWALD le 9 août 2013 à 9:55

    qu’en est-il de la relation entre le niveau d’études de la mère et la réuissite scolaire des enfants.

    Commentaire inapproprié ?

  2. Par Lamballe le 7 mars 2016 à 5:54

    est-ce que le métier des parents à un rapport avec le futur métier de l’enfant ?

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)