La division des sexes à l’école encouragerait les stéréotypes de genre

téléchargement (4)Texte traduit et adapté de Researchers examine ‘pseudoscience’ of single-sex schooling, publié sur le site de l’ASU College of liberal arts and sciences, le 22 septembre 2011.

Depuis quelques années, les écoles unisexes sont de plus en plus nombreuses, notamment aux États-Unis. Bien qu’aucune recherche ne démontre que la division des sexes à l’école ait un impact positif ou négatif sur les résultats scolaires des élèves, une étude affirme que séparer les garçons des filles accroit les stéréotypes de genre chez les jeunes et les enseignants.

Les avantages de la division des sexes : une idée préconçue?

Faire interagir les garçons et les filles contribue à améliorer les rapports présents et futurs entre les genres.

Les croyances populaires veulent que le support plus rigoureux des écoles où les jeunes sont séparés améliore l’environnement d’apprentissage tant pour les filles que les garçons. Cette idée n’est cependant prouvée par aucun écrit de la science à ce jour. Une recherche qui a comparé les écoles mixtes et les autres affirme que les résultats scolaires sont équivalents des deux côtés.

Une autre idée préconçue veut que les garçons et les filles apprennent de manière différente, ce qui justifierait de les envoyer dans des écoles unisexes. Cette affirmation n’est cependant pas appuyée par une étude officielle non plus. La population ne devrait donc pas se baser sur ces croyances non prouvées pour choisir l’école de leurs enfants.

Les avantages de réunir les différences

La séparation des enfants selon leur sexe met en relief les différences entre les filles et les garçons ce qui engendre une division entre les jeunes. Cela renforce les stéréotypes et le sexisme. À l’inverse, la coopération entre un enfant et d’autres individus dont la situation est différente de la sienne améliorent ses aptitudes dans les relations interpersonnelles. Il en va de même sur le renforcement positif de ces échanges. Faire interagir les garçons et les filles contribue à améliorer les rapports présents et futurs entre les genres.

Les chercheurs affirment qu’aucune preuve évidente ne démontre les effets positifs de la division des enfants à l’école. La division, selon n’importe quel critère, développe et entretient les préjugés au sein des groupes. En ce sens, les écoles mixtes ont une longueur d’avance en ce qui concerne la promotion de l’égalité.

[Consulter l’article]

Dernière modification : 6 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 2,80 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)