Une étude démontre que la télévision a un impact négatif sur la communication parent-enfant

television

Plusieurs études se sont déjà attardées aux différents impacts de la télévision sur les jeunes enfants depuis l’entrée des écrans dans nos salons. Les chercheurs de l’Université de l’Ohio ont, pour leur part, observé la communication entre la mère et l’enfant pendant qu’ils regardaient la télévision. Il semblerait que cette activité puisse avoir des conséquences négatives sur l’interaction entre les parents et l’enfant, désavantages qui se mesurent entre autres par le développement du langage.

Lire un livre accroit la communication entre la mère et l’enfant au-dessus du niveau d’échange requis pour cette activité. Le style de communication utilisé par la mère est plus dynamique et engageant, ce qui facilite le contact de l’enfant avec les nouveaux mots.

L’étude se concentre sur la réactivité maternelle afin de révéler les différences entre les manières de communiquer de la mère pendant trois activités distinctes : écouter la télévision, lire des livres ou jouer avec des jouets. Les chercheurs décrivent la réactivité maternelle comme la qualité de réponse que la mère offre à son enfant lors de leurs interactions.

Par des explications et des descriptions à propos d’objets, de nouveaux mots ou d’images, la réactivité maternelle peut aider à l’engagement de l’enfant dans l’activité. Les parents peuvent aussi donner une rétroaction positive à l’enfant et l’encourager afin de l’aider à se familiariser avec certains mots.

Les chercheurs ont observé l’interaction mère-enfant de 73 familles. Les paires ont été assignées de manière aléatoire à une des trois activités en question pour une période de dix minutes. Un chercheur leur offrait ensuite les trois activités et les laissait 20 minutes supplémentaires pour expérimenter. Les parents devaient également remplir un questionnaire portant sur le développement du langage de leur enfant.

Les résultats démontrent que la communication entre la mère et l’enfant lisant un livre est nettement plus significative que celle le leurs homologues qui regardaient la télévision. Les mères qui sont réactives à la communication de leur jeune reflètent une image positive, ce qui contribue à améliorer la perception que l’enfant a de lui-même. Une bonne communication permet également de construire un lien de confiance entre les personnes. Dans les cas où la réactivité maternelle est absente, l’enfant apprend que son environnement est imprévisible et qu’il peut devenir anxieux, puisque leur demande d’attention ou d’aide peut être ignorée.

Les chercheurs ont découvert que le fait de lire un livre accroit la communication entre la mère et l’enfant au-dessus du niveau d’échange requis pour cette activité. Le style de communication utilisé par la mère est plus dynamique et engageant, ce qui facilite le contact de l’enfant avec les nouveaux mots. Leur connaissance de la langue et le développement de leur langage en sont positivement affectés. À l’inverse, regarder la télévision diminue la communication maternelle. Cette dernière donnée est particulièrement significative si l’on considère le temps que les jeunes peuvent passer devant leur écran.

Les chercheurs encouragent donc les parents à diminuer le temps alloué à la télévision pour utiliser d’autres formes de divertissements communs permettant l’interaction positive avec leur enfant. Une simple modification des habitudes quotidiennes peut jouer pour beaucoup dans le développement des jeunes enfants.

[Lire le communiqué]

Creative Commons Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic License   by  Lars Plougmann 

Dernière modification : 6 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)