La lecture en bas âge : miser sur l’intervention et l’évaluation pour contrer les difficultés

téléchargement (27)Texte traduit et adapté de States Target Early Years to Reach 3re Grade Reading Goals par Catherine Gewertz publié sur le site d’Education Week, le 29 juin 2011.

Aux États-Unis, l’acquisition de certaines compétences en lecture à la troisième année du primaire est considérée comme primordiale à la suite du développement cognitif des élèves. Plusieurs enseignants de troisième année se rendent compte des multiples cas de problèmes en lecture dans leur classe. L’effervescence se fait sentir dans le monde de la recherche et chez les intervenants du monde de l’éducation à ce sujet. Plusieurs initiatives voient le jour afin de déceler le plus tôt possible les troubles de lecture chez les enfants.

Une étude a mis au jour que les enfants n’ayant pas atteint le niveau de lecture attendu à leur troisième année ont quatre fois moins de chances de recevoir leur diplôme d’études secondaires avant l’âge de 19 ans que leurs collègues qui réussissent bien. Comme les compétences de lectures jouent un rôle important dans la réussite scolaire des jeunes, les États ont mis en plus plusieurs lois et programmes pour déceler les troubles de lectures dès le préscolaire.

Quelques initiatives législatives

Plusieurs mesures ont vu le jour:

  • l’Utah a choisi d’implanter un système de diagnostic des problèmes de lecture. Les enfants voient leurs compétences évaluées par des tests ayant lieu au début, au milieu et à la fin de l’année. Ainsi, les élèves ayant des troubles de lecture pourraient être pris en charge plus tôt qu’à la fin de leur troisième année.
  • en Arizona, une loi incite à l’identification précoce des troubles de lecture par l’évaluation des enfants dès le préscolaire et ce, jusqu’en troisième année.
  • en Oklahoma l’accent est mis sur l’encadrement. Une loi prévoit que les enfants dont on a décelé le trouble de lecture doivent bénéficier de l’aide et des services appropriés à leurs problèmes. Le soutien des parents fait également partie de la solution. Dans le cas où la difficulté persisterait malgré les mesures, l’enfant ne pourrait pas passer en quatrième année.

Conclusion

Selon les spécialistes, le défi réside dans la possibilité de trouver la bonne intervention pour remédier au problème spécifique de chaque enfant. Plusieurs facteurs entrent en jeu. Notons en exemple la nature du trouble de lecture et l’étape du développement à laquelle l’enfant se trouve.

Les aptitudes de lectures attendues en troisième année du primaire représentent un objectif important dans le cheminement scolaire des élèves. Bien que la communauté de professionnels en éducation soit de plus en plus mobilisée par le problème, il reste du chemin à faire pour atteindre l’uniformité des interventions. Afin d’assurer la réussite du plus grand nombre, il faut que les enseignants du niveau préscolaire et de la première et deuxième année ainsi que les parents et les autres intervenants impliqués mettent les efforts nécessaires. La vigilance et l’effort de chacun rendront la réussite possible.

[Lire l’article]

Dernière modification : 5 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

2 commentaires

  1. Par Jean-Marc ACKERMANN le 22 juillet 2011 à 7:23

    Bonjour,

    C’est peut-être anecdotique mais utile à la compréhension pour un lecteur français : quel est l’âge des enfants en troisième année de primaire; 4 / 5 ans ou 8 / 9 ans ?

    Merci,
    Jean-Marc ACKERMANN.

    Commentaire inapproprié ?

  2. Par Carolann Claveau le 22 juillet 2011 à 8:14

    Bonjour Jean-Marc,

    Les élèves de troisième année du primaire aux États-Unis sont généralement âgés de 8 ou 9 ans. Même si la question semblait anecdotique, si la réponse peut contribuer à une meilleure compréhension, elle est tout à fait pertinente !

    Bonne journée !

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)