Collaborer pour une meilleure santé mentale à l’école

Texte traduit et adapté de MU Researchers Say School Need Collaboration, Not Packaged Solutions, for Best Mental Health Programs, publié sur le site de University of Missouri, News Bureau le 4 mai 2011

Des chercheurs américains reconnus ont développé des programmes visant à diminuer les problèmes de santé mentale dans les écoles. Qu’on pense aux troubles de l’attention, aux comportements agressifs, à l’anxiété ou même au suicide, il est évident que les écoles ont besoin d’adopter des programmes de qualité en matière de santé mentale.

Melissa Maras de l’Université du Missouri et Joni Splett, doctorant à la même université, croient qu’un important fossé existe entre la recherche et l’application des connaissances issues de la recherche. Selon eux, les connaissances n’existent qu’en théorie, mais un manque de ressources en empêche leur concrétisation.

En plus de ce manque de ressources, Maras et Splett avancent que les intervenants se heurtent à l’incompatibilité des programmes proposés par les chercheurs et le milieu scolaire. Splett affirme que chaque école est unique et que les solutions aux problèmes de santé mentale ne peuvent donc pas s’appliquer de la même façon dans tous les établissements.

Maras et Splett reprochent à la communauté scientifique de présenter des solutions qui ne tiennent pas compte des besoins spécifiques de chacun. Ils affirment aussi que le moyen le plus pertinent d’aider un intervenant scolaire n’est pas de lui présenter de nouvelles solutions, mais bien de trier avec lui celles qui existent déjà et de le soutenir dans l’application de ces solutions.

Devant l’augmentation des besoins en matière de santé mentale et la diminution des ressources, Maras et Splett défendent que la collaboration entre le milieu scientifique et le milieu scolaire devient essentielle. Un transfert de connaissance doit s’opérer pour que les écoles comprennent et mettent en pratique le plus efficacement possible les solutions proposées par les chercheurs.

Dernière modification : 8 décembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)