Intégrer Internet à la démarche éducative, le défi de tous

Texte traduit et adapté de Incorporating Internet into education is everyone’s responsability, according to thesis, publié sur le site de EurekAlert le 4 mars 2011

Jon Altuna, psychologue spécialisé en éducation de l’Université du Pays Basque, a mené une importante étude sur le phénomène des classes 2.0. De façon concrète, il a mesuré l’usage et le degré d’intégration d’Internet et des technologies de l’information (TIC) dans plusieurs classes du 3e cycle du primaire. Il a également observé l’attitude qu’ont les enseignants, les élèves et leurs parents par rapport à Internet et aux TIC.

Altuna a recueilli des données pendant 8 ans dans une école ayant déjà inclus les TIC à son programme scolaire. Le chercheur base son analyse sur un échantillon impressionnant : 837 élèves, 190 familles et 134 enseignants.

À la lumière des résultats de son étude, Altuna conclut que l’intégration des TIC à l’école primaire amène des changements positifs dans la façon dont les rôles d’enseignant et d’élève sont perçus. Les premiers cessent de se sentir comme de simples transmetteurs de connaissances alors que les seconds ne se sentent plus seulement comme des récepteurs d’informations.

Les enseignants adoptent plutôt le rôle de médiateurs et les élèves ont plus de contrôle sur leur façon de s’investir dans la découverte d’un sujet. Les jeunes peuvent en effet explorer un champ de connaissance à leur rythme, selon leurs préférences et leurs aptitudes. Ils peuvent ensuite partager leurs découvertes avec l’enseignant et le reste de la classe. On assiste en quelque sorte à une démocratisation de l’enseignement, chacun pouvant faire profiter les autres de ses connaissances et de son savoir. Le modèle didactique n’est donc plus uniquement basé sur la relation maitre-élève, mais sur un schéma constructif où les connexions et les interrelations sont essentielles.

Finalement, Altuna rappelle que l’engagement des familles est indispensable au succès de l’intégration des TIC. La famille doit se montrer intéressée et encourager l’enfant dans son exploration des technologies comme moyen d’apprentissage.

Si Internet est devenu un outil quotidien, il n’en demeure pas moins que pour en faire un usage profitable et adéquat, les jeunes ont besoin d’un certain encadrement. Altuna insiste sur le fait qu’il s’agit de la responsabilité de tous les intervenants, à l’école comme à la maison.

Idéalement, le contact avec Internet et les TIC devrait se poursuivre à la maison. Selon Altuna, on ne peut pas s’en remettre uniquement à l’école pour qu’un jeune apprivoise les technologies. Le chercheur ajoute que si les enseignants et les élèves ont besoin de soutien, il en va de même pour les parents. Ceux-ci doivent être guidés dans cette démarche où apprentissage et technologies vont de pair.

Dernière modification : 5 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)