Quand apprendre devient un jeu d’enfant

Texte traduit et adapté de Game on! Instructional design researcher works to make learning fun, publié sur le site de Florida State University le 14 février 2011

C’est un problème frustrant pour bien des parents : certains enfants sont complètement indifférents aux travaux scolaires pendant la journée, mais se font une joie de jouer toute la soirée avec leurs jeux vidéo. Selon Valérie J. Shute, chercheurs à l’Université d’État de Floride, la solution n’est pas d’interdire les jeux vidéo, mais bien de les utiliser pour faire de l’apprentissage une expérience des plus agréables.

Shute s’intéresse particulièrement à la possibilité d’inclure subtilement un contenu pédagogique au jeu et d’en faire un instrument de mesure des connaissances et des compétences à l’insu des élèves. En d’autres mots, les jeux vidéo permettraient une « évaluation fantôme » et demeureraient ainsi un divertissement pour les jeunes tout en rassurant les parents quant au bon développement des aptitudes et des connaissances de leurs enfants.

Par l’utilisation de ce genre de jeux, Shute vise à mettre les élèves en situation d’apprentissage dans un contexte où ils ne se savent pas évalués. Pour ce faire, elle utilise des jeux spécialement conçus pour que les enseignants puissent observer les réactions des élèves et leur capacité à résoudre des problèmes liés aux défis du monde virtuel dans lequel ils évoluent.

Ces technologies, qui permettent de mesurer les compétences des élèves à leur insu, offrent plusieurs avantages liés à l’enseignement ainsi qu’à l’évaluation. Par exemple, il est possible de programmer des jeux qui s’adaptent aux forces et aux faiblesses de chacun. Ces jeux peuvent donc non seulement mesurer le degré de compétence d’un élève, mais aussi déterminer dans quelles matières il éprouve des difficultés. Shute et ses collaborateurs ont d’ailleurs créé un algorithme qui permet au jeu de mesurer, à l’aide d’un système de points, des habiletés chez un élève. Grâce à cette formule, le jeu peut déterminer si l’élève doit accomplir plus de tâches dans un niveau donné ou s’il est prêt à passer au niveau suivant.

Shute voit beaucoup de points positifs à l’utilisation des jeux vidéo comme outil d’évaluation. Ils permettent entre autres de mesurer l’acquisition des connaissances d’un élève entre le début et la fin du jeu et donc d’évaluer son amélioration. Ils peuvent aussi s’adapter aux forces et aux faiblesses de chacun, soit en insistant sur certaines notions moins bien maitrisées, soit en déterminant le niveau adéquat pour chaque joueur. Ainsi, chacun bénéficie d’un enseignement personnalisé, adapté à ses besoins et à son rythme d’apprentissage.

La chercheuse considère que des changements doivent s’opérer dans la façon de transmettre les connaissances et de développer les compétences. Selon elle, le fait de mesurer les capacités des élèves à leur insu par le biais de jeux vidéo serait un outil important pour les enseignants. Elle croit aussi que le jeu peut améliorer la façon d’enseigner et d’apprendre.

Dernière modification : 9 décembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)