Envie de prendre une pause : besoin ou croyance?

téléchargement (9)Texte traduit et adapté de Need a study break to refresh? Maybe not, say Stanford researchers, publié sur le site de l’Université de Stanford le 14 octobre 2010

Une nouvelle étude de l’Université de Stanford, publiée dans la revue Psychological Science, montre que l’envie de se changer les idées ou de procrastiner pendant la réalisation d’une tâche comme étudier est plus liée à un conditionnement mental qu’à une nécessité.

Dans cet article, les chercheurs ébranlent une théorie bien établie voulant que la volonté (willpower) d’une personne – définie comme sa capacité à résister aux distractions et à rester concentré sur une tâche exigeante – soit une ressource limitée. Cette théorie veut que lorsque la volonté d’une personne est drainée, celle-ci doit se reposer, manger ou bouger pour reprendre des forces et se détourner de la source qui épuise son énergie.

Les chercheurs de Stanford ont découvert que les croyances et le conditionnement d’une personne sur sa propre volonté déterminent combien de temps et comment elle sera capable de se concentrer à l’exécution d’une tâche mentale difficile.

« Si vous considérez la volonté comme une chose biologiquement limitée, vous êtes plus susceptible d’être fatigué lorsque vous effectuez une tâche difficile, affirme Veronika Job, auteure principale de l’étude. Mais si vous concevez la volonté comme une chose qui ne s’épuise pas facilement, vous pouvez poursuivre votre tâche encore et encore. »

Apprendre à résister aux distractions

Les chercheurs ont conçu quatre expériences pour tester et manipuler les croyances des étudiants par rapport à leur volonté. Après une tâche fatigante, ceux qui croyaient ou qui ont été amenés à croire que la volonté est une ressource limitée ont obtenu de moins bons résultats aux tests de concentration que ceux qui croyaient qu’ils pouvaient la contrôler.

Les chercheurs ont également constaté qu’avant la semaine des examens de fin de session, les étudiants qui concevaient la volonté comme une ressource limitée ont mangé 24 % plus de malbouffe et ont procrastiné 35 % plus que ceux qui croyaient avoir du contrôle sur leur volonté.

Les chercheurs pensent que leurs résultats pourraient aider les personnes à lutter contre la distraction ou la tentation, dont les étudiants, les diabétiques soumis à des régimes stricts, les personnes qui tentent de surmonter leur dépendance, les employés confrontés à un échéancier serré, etc.

« Ceci montre comment les théories personnelles des gens conditionnent leurs actions, soutien Walton. La volonté n’est pas gérée par un processus biologiquement autant que nous le pensions. C’est le fait d’y croire qui influence le comportement. »

Veronika Job, Carol S. Dweck, Gregory M. Walton (2010). Ego Depletion—Is It All in Your Head? Implicit Theories About Willpower Affect Self-Regulation. Psychological Science, prépublication en ligne (28 septembre) DOI: 10.1177/0956797610384745 [résumé en ligne]

Dernière modification : 7 décembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. […] sur le site web du RIRE Cette entrée a été publiée dans Actualité, Résultats de recherches, Réussite scolaire. […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)