Les enfants qui ont une représentation mentale linéaire des nombres ont plus de facilité à les mémoriser

Texte traduit et adapté de Child’s ‘mental number line’ affects memory for numbers, publié sur le site EurekAlert! le 9 septembre 2010
À mesure que les enfants occidentaux grandissent, ils apprennent à placer les nombres sur une droite mentale sur laquelle figurent, à gauche, les plus petits nombres qui sont plus espacés que les plus grands nombres qui se trouvent à droite. Ensuite, cette représentation des nombres devient encore plus linéaire : les petits comme les grands nombres sont espacés à égale distance. Les enfants qui apportent ces changements à leur représentation mentale ont plus de facilité à se souvenir des nombres, selon une nouvelle étude publiée dans Psychological Science.

Pour cette étude, les chercheurs ont examiné comment les enfants mémorisent les nombres en fonction de la manière dont ils se les représentent des dans leur tête. « Le savoir des enfants semble parfois impressionnant : même s’ils ne savent pas encore compter, ils peuvent décliner les chiffres un à dix par cœur. Savoir compter n’a souvent rien à voir avec la compréhension des nombres, c’est-à-dire la compréhension de leur taille, explique Clarissa A. Thompson, une des chercheuses de l’étude. Mais en grandissant, les enfants associent ces mots à des quantités. »

« Les enfants commencent normalement leur apprentissage grâce à une représentation linéaire logarithmique des nombres. Sur cette ligne, les plus petits nombres sont très éloignés les uns des autres et les plus grands nombres sont empilés par-dessus. Au fil du temps, cette représentation se développe pour devenir parfaitement linéaire. »

Pour une expérience, chaque enfant a reçu plusieurs bandes sur lesquelles on avait inscrit 0 sur l’extrémité inférieure gauche et 20 sur l’extrémité inférieure droite. Puis, on a fait entendre à l’enfant une série de nombres de 1 à 19 et on lui a demandé d’indiquer sur chaque ligne l’endroit où il pensait que ce nombre se situait.

Ensuite, on a raconté une histoire aux enfants dans laquelle quelques nombres figuraient. On a ensuite demandé à chaque enfant de nommer quatre personnages de dessins animés, afin d’effacer de leur mémoire les nombres qu’ils avaient entendus dans le conte. Par la suite, les chercheurs ont demandé aux enfants de leur poser des questions sur l’histoire, telle que « Combien de fourchettes Colleen a-t-elle lavées? ». Les enfants qui ont une représentation plus linéaire des chiffres avaient plus de facilité à mémoriser les nombres de l’histoire.

Les chercheurs ont constaté que plus la représentation d’un enfant est linéaire, plus l’enfant est en mesure de se souvenir des chiffres. Cela s’est avéré exact pour les enfants d’âge préscolaire pour les nombres de 1-20 et pour les enfants du primaire pour les nombres de 1 à 1000. « Nous vivons dans un monde de chiffres, explique Thompson. Dans certains cas, nous pouvons utiliser une approximation, mais dans d’autres cas, nous avons besoin de les avoir mémorisés intégralement. L’habileté à estimer la taille des nombres influence l’habileté à se souvenir exactement d’eux. »
Clarissa A. Thompson, Robert S. Siegler (2010). Linear Numerical-Magnitude Representations Aid Children’s Memory for Numbers. Psychological Science (juillet 2010) [résumé de l’article prépublié en ligne].

Dernière modification : 3 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)