L’encadrement parental peut protéger les garçons difficiles de la consommation de drogues à l’adolescence

Des chercheurs de l’Université de Montréal ont découvert que les parents qui encadrent les garçons difficiles diminuent le risque qu’ils consomment de la drogue à l’adolescence et qu’ils aient de mauvaises fréquentations.
« Les garçons au comportement perturbateur sont plus enclins à avoir des comportements agressifs et impulsifs. Ces adolescents pourraient avoir besoin que leurs parents leur imposent davantage de limites qu’à ceux qui possèdent de solides mécanismes de contrôle interne », explique Jean-Sébastien Fallu, professeur de psychoéducation à l’Université de Montréal.

À l’adolescence, les jeunes plus agressifs ont tendance à consommer de la drogue de façon abusive. De plus, ils sont plus enclins à se lier d’amitié avec d’autres jeunes au comportement déviant, ce qui augmente encore plus leur risque de devenir de grands consommateurs de drogue.

« Les garçons au comportement perturbateur bien surveillés [par leurs parents] sont plus susceptibles de se lier d’amitié avec des enfants au comportement mieux adapté. Dans ce cas, ils pourraient bénéficier d’une influence positive en matière de socialisation ou de conformité aux normes sociales largement acceptées », souligne le chercheur.

Lire l’article Consommation de drogues: comment atténuer les risques chez les mauvais garçons publié par l’Université de Montréal.
Jean-Sébastien Fallu, Michel Janosz, Frédéric Nault-Brière, Ariane Descheneaux, Frank Vitaro et Richard E. Tremblay (2010). Preventing disruptive boys from becoming heavy substance users during adolescence: A longitudinal study of familial and peer-related protective factors. Addictive Behaviors, publié en ligne le 23 juillet 2010 [résumé de la recherche].

À lire sur un sujet similaire

La consommation précoce de cannabis a des effets négatifs sur la réussite scolaire

Plus les consommateurs de cannabis commencent jeunes, plus ils sont susceptibles d’échouer dans le système éducatif, selon une étude à laquelle ont participé plus 6000 jeunes de Nouvelle-Zélande et d’Australie.

[Lire l’article du RIRE]

Cannabis et adolescence : cocktail nocif

Une étude réalisée par Dre Gabrielle Gobbi de l’institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill « montre que la consommation quotidienne de cannabis chez les adolescents causerait dépression et anxiété et pourrait entrainer des effets irréversibles sur le cerveau à plus long terme. »

[Lire l’article du RIRE]

Dernière modification : 30 mai 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)